Cahier de tendances : les couleurs de la saison

Un café froid où s’invite une larme de lait…, voici l’incontournable couleur de la rentrée. Tirant son nom de cette boisson, le Cold Brew Hair joue entre ombre et lumière sur des tonalités marron glacé, fauve ou chocolat doré. Outre le mannequin Bella Hadid et de nombreuses adeptes, la mode a déjà adopté la tendance à travers un vestiaire tout chaud tout doux, et des accessoires au style intemporel. La déco lui préfère des tonalités plus classiques, cuivrées ou chocolatées. Quant à la beauté, elle invite à découvrir les tons chaleureux de l’automne sur des fards à paupières révélateurs de teint.

Continuer la lecture de « Cahier de tendances : les couleurs de la saison »

COULEUR

C’­en est fini de l’­époque où le coloriste officiait caché dans son labo. Aujourd­’hui, les bars à couleurs se multiplient au rythme des tendances Couleurs flashy, pastel, touches de couleur et, bien sûr, l’­indétrônable blond sont à la mode. Mais pas que… Le roux fait un retour en force et le gris continue de séduire. Mieux encore, les hommes s’y mettent eux aussi. De quoi booster votre créativité et votre chiffre d­’affaires.

Emmanuelle Evina

Olga Tereshchenko

Championne de France senior dans la catégorie Coiffure de Mariée et lauréate du concours Talents de Coiffure de Paris, Olga Tereshchenko nous raconte son parcours et évoque ses aspirations.

DE KIEV À PARIS…
C’est à Kiev, en Ukraine, qu’Olga Tereshchenko suit des études de coiffure et maquillage, avant d’exercer son métier sur des plateaux de cinéma. « J’étais comblée, mais je rêvais de voyager et d’explorer d’autres horizons, racontet-elle. Paris m’attirait. Je me suis donc envolée pour la France, où j’ai d’abord habité à Lille, pendant deux ans. J’ai étudié le français à l’université. Et quand j’ai acquis une bonne maîtrise de la langue, je me suis installée dans la capitale. » Dès son arrivée à Paris, Olga Tereshchenko intègre l’équipe de Mario Lopes, dans le 8e arrondissement, tout en poursuivant une formation à l’École Saint-Louis.

DES IDOLES EN COIFFURE
C’est après avoir acheté un livre de Nicolas Jurnjack qu’Olga Tereshchenko décide de rester en France et d’y poursuivre ses études. « Nicolas Jurnjack est de loin mon coiffeur préféré. Il a fait une carrière mondiale et son travail m’inspire beaucoup. J’ai eu la chance de le rencontrer. Ce fut un moment très fort et inoubliable. Je rêve de travailler avec lui, car ce qu’il fait est vraiment incroyable, et j’aimerais atteindre ce niveau d’excellence. » Olga Tereshchenko admire aussi le coiffeur Gregory Kot pour ses chignons magnifiques. Enfin, le travail de Jacques Cousty, coiffeur des années 1950, est également une de ses sources d’inspiration.

LES MUSÉES DE PARIS
Très sensible à l’art, et notamment à la peinture, Olga Tereshchenko aime visiter les musées parisiens. « J’apprécie notamment les tableaux qui datent de la Renaissance, précise-t-elle. Par contre, je suis très étonnée qu’il n’y ait pas de musée de la coiffure à Paris. L’un de mes rêves serait de participer à la création d’un lieu mettant en scène l’évolution de la coiffure en France au cours des derniers siècles. »

L’APPEL DE LA NATURE
Si sa vie à Paris lui plaît beaucoup, Olga Tereshchenko ressent aussi le besoin de s’immerger en pleine nature pour se ressourcer. « J’adore faire du yoga dans des lieux peu fréquentés. Le soleil est vital pour moi et j’aime passer du temps en bord de mer. À Paris, je me rends au jardin des Tuileries ou au parc Monceau, où j’y dessine les promeneurs, les fleurs, les papillons… » C’est certain, cette passionnée déteste l’oisiveté. Infatigable, elle a déjà prévu de participer à de nouveaux concours dans les mois à venir, et caresse l’espoir d’intégrer prochainement l’Équipe de France! 

BIO EXPRESS
1994 : naît à Kiev, en Ukraine.
2015 : arrive en France.
2017 : intègre le salon de Mario Lopes, à Paris (8e).
2018 : championne de France senior, catégorie Coiffure de Mariée; gagne le trophée Saint-Louis coiffure beauté avec L’Oréal; remporte le concours Talent du mois sur le thème « Tresses et attaches », organisé par Coiffure de Paris.

Florence Bernardin

Comment devenir coiffeur ambassadeur ?

Véritables apôtres des marques, ils sillonnent la France et le monde pour promouvoir la philosophie, ainsi que le savoir-faire de la marque qu’ils représentent. En route pour les coulisses de cette activité.

LE PARCOURS
Avant de pouvoir devenir ambassadeur, il est nécessaire de travailler au fauteuil pendant quelques années. Cela permet de comprendre parfaitement le métier de coiffeur et d’acquérir dextérité et sens de l’adaptation face aux aléas. Il est extrêmement important de ne pas griller ces étapes qui posent les bases de votre future vie professionnelle. Il faut également se démarquer afin d’attirer l’attention des marques (concours, collections, assistanat de coiffeurs ambassadeurs…). Y compris quand elles ne sont pas en recherche active. « J’ai été contactée par Emmanuel Pirenne, directeur artistique d’Eugène Perma, confie Beata Bourillon, ambassadrice pour la marque. Il connaissait mon travail artistique grâce à une précédente collaboration et aux formations que je donnais. Pour atteindre cet objectif, j’ai énormément travaillé. Par ailleurs, un investissement financier conséquent est nécessaire, il ne faut pas l’oublier. »

LES MISSIONS
Chaque marque possède une culture différente, même si les missions incombant aux ambassadeurs sont sensiblement les mêmes. En représenter une demande une somme de travail conséquente, notamment à cause de la grande variété de tâches. Une partie artistique comprend la création des collections et la présentation de shows sur scène. Une partie plus commerciale rassemble, quant à elle, l’animation des formations dans les académies et la mise en avant des produits utilisés. Il faut donc se montrer polyvalent, tout en « ayant une identité artistique unique, en étant pédagogue dans la transmission des connaissances et en partageant des valeurs communes avec la marque, assure Laurent Delafoy de la maison Gérard Laurent, ambassadeur L’Oréal Professionnel. Notre avantage, c’est la chance de travailler au sein d’un collectif où tous les ambassadeurs sont soudés ».

L’ÉVOLUTION
Occuper le rôle de coiffeur ambassadeur au cours d’une carrière permet d’ouvrir de nombreuses portes. En ayant une progression constante, il est possible de se voir confier un poste de directeur artistique au sein d’une marque ou d’un groupe. En fonction de la taille de la marque, une carrière à l’étranger est aussi envisageable en intégrant la fonction d’ambassadeur international.

Aubin Allières-Vergé

9 nuances de blond

Souvent source de fantasmes, le blond se compose d’une infinité de nuances, toutes plus attrayantes les unes que les autres. Balayons ensemble la palette de cette couleur my(s)thique.

Pages réalisées par Aubin Allières-Vergé

Quand le décor joue la sincérité

À quelques heures de l’ouverture de Maison & Objet, grand-messe de la décoration, les professionnels de l’agencement piétinent, impatients de découvrir les nouvelles tendances. En avant-première, les cabinets de style ont déjà tranché. Pour séduire une clientèle souvent blasée, un décor doit avant tout étonner sans tromper. En un mot, être juste.

UN PARCOURS CLIENT FACILITÉ

Cordialité, empathie et enthousiasme, sont trois maîtres mots incontournables. En dépit des idées reçues, nombreux sont les clients à se laisser porter entièrement dès qu’ils pénètrent dans une boutique ou un salon de coiffure. Le premier contact avec le représentant de l’espace est donc primordial. Un sourire ne coûte rien, à condition qu’il soit franc et sincère. Si le collaborateur est heureux, le client le sera aussi. C’est basique, mais parfois oublié. Au Café Juliette de Paris, la conseillère vous invite à boire un café avec elle, avant de vous vendre un parfum. Son but: mieux vous connaître… et ainsi vous servir en fonction de vos réelles attentes.

QUI SUIS-JE? OÙ VAIS-JE? UNE IDENTITÉ AFFIRMÉE

Sans vouloir invoquer peintres ou auteurs dramatiques, ces interrogations toutes simples résument à elles seules une tendance de fond observée déjà depuis quelques années. Plus question de tromper sa clientèle. Le décor dit tout de l’approche commerciale d’une enseigne. Les agenceurs invitent désormais leurs clients à se prêter systématiquement au jeu de l’introspection: que voulez-vous dire à travers votre décor? Ainsi quand la marque italienne de décoration Borgo delle Tovaglie s’installe à Paris, elle cherche un lieu qui raconte une histoire en résonance avec sa propre identité. Elle choisit alors de proposer ses objets inspirés d’une tradition rustique au sein d’une ancienne imprimerie au décor figé dans le temps.

UNE BULLE HORS DU TEMPS

À l’heure du tout digital, pénétrer dans un espace de vente, de conseil ou de soin devient un acte foncièrement réfléchi et volontaire. L’attente du client est à la fois simple et extrêmement précise. Il se déplace pour vivre un moment quasiexceptionnel, une expérience qu’il ne pourra faire ailleurs et encore moins derrière son écran. Même s’il n’a rien d’apparenté avec les commerces dits classiques, le salon de coiffure n’échappe pas à cette tendance. Encore une fois, c’est la personnalité du lieu qui entre en jeu, défendue par l’ensemble des collaborateurs. Faites vivre un bon moment à vos clients et ils vous resteront fidèles. C’est avec cet esprit que la boutique d’optique Waiting for the sun parvient à transformer la corvée de l’achat d’une paire de lunettes en discussion quasiphilosophique autour de la morphologie d’un visage. À la fois techniciens et visagistes, les conseillers avancent à vos côtés dans la recherche de la paire de lunettes qui vous convient, et va révéler votre personnalité.

TROIS QUESTIONS À SE POSER AVANT D’INVESTIR DANS UN NOUVEAU DÉCOR

Quelle clientèle ?
Même s’il n’est pas toujours évident de connaître parfaitement sa cible lorsqu’on investit un nouveau lieu, il est indispensable de s’imprégner du quartier avant de prendre toute décision. Observer, questionner d’autres acteurs, vivre au rythme de la rue… et vous aurez déjà gagné beaucoup de temps sur le chemin qui mène à la conquête de vos clients.

Quelle surface ?
Grand espace ne rime pas toujours avec succès. Un lieu cosy et accueillant fidélise la clientèle. Les surfaces trop importantes ne sont plus au goût du jour. Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’essor des petits formats dans l’alimentaire, au détriment des hypermarchés qui ne font plus vraiment rêver.

Quel budget ?
De plus en plus performants, les nouveaux matériaux permettent de réaliser des décors abordables dans des temps records. Un mobilier relativement neutre sera égayé par un accessoire de décoration au style plus affirmé. Des murs peu chargés en couleurs seront redessinés par un mobilier aux formes originales. Par contre, impossible de lésiner sur le confort. Les espaces détente ou soin réclament des assises de grande qualité.