Devenez expert en coloration éphémère ! 05/2018


© Adobe Stock
Reflet léger ou intense, flashy ou pastel, la coloration éphémère, qui s’applique sur cheveux naturels et cheveux colorés, s’estompe en quelques shampoings sans effet de racine. Un produit simple, mais qui nécessite le respect de quelques règles pour une application réussie.

Historique et diagnostic

Comme pour toute prestation, l’étape du diagnostic est incontournable et nécessite notamment d’analyser le passé technique de la cliente. « La coloration éphémère rencontre un vrai succès auprès des 15-35 ans, explique Marine Sniegula, cogérante du salon M Coiffure, à Nantes (44), et coloriste ambassadrice Eugène Perma. Or, rares sont les clientes de cet âge qui présentent une base naturelle. Il est nécessaire de les questionner afin de connaître précisément leur historique. Car la décoloration doit être maîtrisée pour appliquer ensuite la coloration. » Pour Estelle Clergue, Education Manager pour Wella : « L’historique est à prendre en compte, mais la coloration éphémère est la plus facile à proposer. Puisqu’elle est temporaire et qu’elle n’éclaircit pas, elle s’adresse à un large panel de personnes qui veulent obtenir uniquement du reflet. » Un large éventail de couleurs existe en matière de coloration éphémère, le coiffeur doit choisir la nuance, en accord avec la cliente, suivant ses goûts et son type de cheveux.

 

Quel type de coloration pour quels cheveux ?

Que l’on ait une base naturelle ou un cheveu coloré, dont on aimerait changer le reflet, la coloration éphémère s’adapte à de nombreux cas. « Je la recommande aux personnes un peu réticentes au résultat couleur, et à celles qui ont envie d’en changer souvent, précise Estelle Clergue. La coloration éphémère permet d’avoir un reflet sans contrainte d’effet racine. » Elle est aussi de plus en plus demandée par les seniors qui ont les cheveux blancs, ou poivre et sel. En revanche, cette prestation ne s’adapte pas aux personnes qui veulent changer radicalement de couleur, car la coloration éphémère n’éclaircit pas. « Si la personne souhaite un changement notoire de couleur, il est préférable de s’orienter sur une coloration d’oxydation plutôt qu’une coloration temporaire », souligne Marine Sniegula. Par ailleurs, dans le cas où la personne a les cheveux abîmés ou très sensibilisés, c’est le coiffeur qui va déterminer s’il est possible de décolorer ou pas, selon l’état du cheveu, avant application de la coloration éphémère. « Il ne faut pas prendre le risque d’abîmer encore plus les cheveux ou que cela échoue, poursuit Marine Sniegula. Je propose à ces clientes de faire chez elles des soins à la kératine pendant un ou deux mois, afin de pouvoir passer le cap de la décoloration. »

 

Passage au bac et application

La prestation débute toujours par un shampoing au bac, fort ou neutre. « Étant donné qu’il n’y a pas d’oxydation dans la coloration éphémère, c’est le shampoing qui va procéder à l’ouverture des écailles, afin que le colorant accroche bien », précise Estelle Clergue. Après avoir bien essoré les cheveux, on réalise l’application de la couleur sur cheveux humides, mèche par mèche. Pour celles qui ont les cheveux colorés, il faut, au préalable, procéder à la décoloration, au moyen d’une poudre ou d’une pâte décolorante. Une fois les cheveux rincés, on peut appliquer la couleur choisie sur le fond de décoloration. Marine Sniegula précise : « La décoloration d’une chevelure peut prendre plusieurs heures, tandis que le temps de pause de la couleur ne dépasse pas 30 minutes. »

 

Pause, rinçage et coupe

Qu’il s’agisse de cheveux naturels ou de cheveux décolorés, le temps de pause de la coloration se situe en moyenne entre 10 et 25 minutes, selon l’intensité du reflet que l’on souhaite obtenir. « Si on laisse pauser la couleur dix minutes, elle disparaîtra au bout d’un à trois shampoings maximum, précise Estelle Clergue. En revanche, si on laisse pauser plus longtemps, de 20 à 30 minutes, on peut espérer que la couleur tienne cinq à dix shampoings. » Ainsi, un temps de pause plus long permet une meilleure accroche et une couleur plus durable. « On peut aussi laisser pauser sous un casque de chaleur afin que le pigment pénètre mieux », ajoute Estelle Clergue. Une fois le temps de pause effectué, on repasse au bac pour un rinçage, sans refaire de shampoing. Côté coupe, la coloration éphémère s’adapte à toutes les longueurs et tous les styles de look !

 

Conseils pour préserver sa couleur

Se garder d'une exposition trop importante au soleil, au chlore ou à l’eau de mer est une précaution à prendre pour préserver sa coloration. « Je déconseille aussi l’utilisation de gel et de laque, précise Marine Sniegula. Enfin, il faut éviter de faire un shampoing tous les jours, et procéder plutôt à un entretien avec des soins à la kératine. » De son côté, Estelle Clergue souligne : « La cliente peut prendre soin de sa couleur avec une gamme appropriée de shampoing, conditioner, masque, mais aussi spray sans rinçage qui permet d’hydrater et de conserver la brillance de sa couleur. » Par ailleurs, il n’y pas de règle quant à la fréquence des visites au salon : la cliente peut revenir faire sa coloration très rapidement après l’avoir fait une première fois, ou bien attendre qu’elle s’estompe complètement pour en refaire une ou en changer. « On est sur un produit facile et sans contrainte, qui permet de faire du résultat à la carte », souligne Estelle Clergue.

Florence Bernardin



Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris