Réussir un rainbow... très, très beau ! 09/2017


© Rebecca van Ommen / Getty Images
Très en vogue sur les réseaux sociaux, le rainbow suppose une grande technicité, de l’habileté et beaucoup de précision. Une coloration originale qui permet au professionnel de mettre en avant tout son savoir-faire et son talent !

Analyse du cheveu et préparation

La réussite d’un rainbow est soumise à une préparation impeccable de la chevelure. Ainsi, pour assurer aux couleurs du rainbow un superbe éclat, la chevelure doit être très claire, qu’elle soit décolorée ou naturelle. « Il s’agit d’une étape incontournable, souligne Estelle Clergue, formatrice studio Wella Paris. Ainsi, pour une femme qui a les cheveux colorés, c’est plus compliqué, car elle va devoir passer par des étapes de nettoyage, gommage et éclaircissement complet avant de réaliser le rainbow. » Ludovic Geheniaux, ambassadeur coloriste Eugène Perma, confirme : « Plus on a une base naturelle et plus c’est facile. Dans tous les cas, il faut toujours obtenir le fond de décoloration le plus pur pour un beau résultat. Cependant, si les cheveux sont très sensibilisés, je vais fortement déconseiller le rainbow car les colorants directs ne vont pas tenir, même si on passe par une étape de réparation ou cure Olaplex ! »

 

Quel type de rainbow pour quelle cliente ?

Si on s’en tient à sa première définition, le rainbow désigne les sept couleurs de l’arc-en-ciel (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet), que l’on applique sur la totalité de la chevelure ou uniquement sur le dessous, pour garder un recouvrement naturel. « Par extension, le rainbow désigne aussi une combinaison de trois ou quatre couleurs, précise Estelle Clergue. Côté couleurs froides, on peut réaliser un dégradé de bleu, violet, vert, et parmi les couleurs chaudes, on peut effectuer un dégradé de jaune, rouge ou orange. » Le «  hidden rainbow » ou le rainbow aux couleurs cachées dans la nuque est aussi très prisé. « Les clientes qui demandent un rainbow sont souvent des femmes averties qui savent ce qu’elles veulent, souligne Ludovic Geheniaux. Mais il faut les informer dès le diagnostic que l’intensité du rainbow s’estompe rapidement au bout de quelques shampoings. »

 

Technique de réalisation

Tout d’abord, il faut procéder à la décoloration de la chevelure. Une fois réalisée, c’est le moment de passer à la coloration avec des colorants purs, des pigments directs. « On commence par isoler les mèches dans des papiers pour éviter les marbrures et, contrairement à une coloration classique, on ne va rincer qu’une couleur à la fois, précise Estelle Clergue. Il s’agit d’un travail assez technique, car il ne faut pas que les couleurs se mélangent au moment de l’application ni au moment du rinçage. » De son côté, Ludovic Geheniaux souligne : « J’aime prendre une couleur dominante, comme le violet, que j’applique sur toutes les racines. Puis je vais dégrader avec du bleu, du bleu clair, du vert… Mais il faut toujours veiller à ce que les couleurs matchent bien, sinon elles peuvent un peu marronner, ce qui est regrettable. » Vingt à trente minutes de pause sont nécessaires, selon les marques et le type de cheveux.

 

Rinçage et coupe

Pour le rinçage et la coupe, les coiffeurs peuvent opter pour différentes façons de procéder. Si certains utilisent shampoing et masque après l’application des couleurs, d’autres, comme Ludovic Geheniaux, ont leurs astuces pour donner aux couleurs du rainbow un maximum d’intensité. « C’est après avoir rincé la décoloration que je réalise le shampoing et que j’applique un masque. Une fois que le cheveu est bien préparé et hydraté, je procède à l’application des colorants directs sur cheveux mouillés. Je rince ensuite le rainbow sans shampoing, et j’applique un soin sans rinçage. Car réaliser le shampoing après application des couleurs peut engendrer jusqu’à une perdition de 20 % du reflet. » Concernant la coupe, plusieurs méthodes peuvent également être suivies. Pour Estelle Clergue, il est préférable de faire la coupe avant la réalisation du travail technique. « Car si on fait un dégradé, cela permet de faire la pose des couleurs au plus juste. Par ailleurs, je conseille plutôt le rainbow sur cheveux mi-longs voire longs, que sur cheveux courts. Les nattes, les tresses en épi par exemple, se marient très bien avec le rainbow et mettent vraiment en valeur les différentes couleurs. »

 

Conseils d’entretien

Il faut savoir qu’avec les colorants directs, il n’y a pas d’oxydation. Ce qui implique d’éviter tout ce qui est acide et trop riche. Ainsi, on recommandera uniquement des soins pour cheveux colorés. « C’est du cas par cas, suivant la qualité des cheveux et la fréquence des shampoings. Mais on invite en général la cliente à revenir au salon toutes les quatre à six semaines, précise Estelle Clergue. On ne redécolore pas : on va juste réappliquer les couleurs pures. » Et Ludovic Geheniaux de conclure : « Le phénomène rainbow est très émergent sur les réseaux sociaux, mais on se rend compte que beaucoup de clientes le demandent en "one shot", juste pour le fun. Ensuite, il n’est pas rare qu’elles l'abandonnent pour revenir à une coloration plus commerciale ! »

 

Florence Bernardin

L’avis d'Estelle Clergue, formatrice studio Wella Paris.

«  Ce qui nous plaît en tant qu’acteur du marché de la coiffure, c’est qu’avec le rainbow, on se place sur un niveau de technicité très élevé qui remet au centre le coiffeur, son expertise, son savoir-faire… et sa valeur ajoutée ! »




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris