Devenez un pro du granny ! 05/2017


© hair by ludovic geheniaux pour eugene perma professionnel © frederic mercier
Un beau gris est le résultat d’une succession d’étapes et d’actions déterminantes. Rien ne doit être négligé pour assurer la réussite totale de cette prestation originale.

Étape essentielle : la consultation

Le granny est une prestation très particulière qui ne peut se réaliser sur tous les types de cheveux. Ainsi, l’étape du diagnostic est primordiale. Céline Antunes, gérante du salon La Suite 52, à Bordeaux (33), et ambassadrice Schwarzkopf Professional, précise : « Il faut être très professionnel dans son diagnostic : il est nécessaire tout d’abord de bien mesurer la sensibilité du cheveu et son historique. S’il y a une surcharge de couleurs, et notamment de couleurs rouges, le résultat désiré sera très difficile à obtenir. La charte des rituels de décoloration doit être bien respectée et, surtout, le coiffeur doit savoir dire non lorsque le granny n’est pas réalisable. » Ainsi, les cheveux clairs sont plébiscités pour obtenir un beau granny, alors que les bases colorées très foncées sont à proscrire. « Et il ne faut pas non plus avoir des cheveux trop abîmés en raison de la décoloration, précise Laurianne Baésa, gérante du salon Why Not, à Voiron (38), et Redken artiste. Le cheveu doit être le plus sain possible pour réussir le granny. »

 

Procéder à une décoloration classique

L’objectif étant d’avoir la base la plus claire possible, il faut donc aller vers un fond d’éclaircissement blanc. Pour Céline Antunes, deux options s’offrent au coiffeur : « On peut choisir de travailler avec un système de méchage assez serré ou bien partir sur une décoloration tête entière si le cheveu a un mauvais historique. En règle générale, je travaille en priorité les longueurs et pointes, que je vais isoler avec du papier d’aluminium, et je ne touche pas à la racine dans un premier temps. Il faut compter un temps de pause de 45 minutes avant de rincer. Puis je vais travailler les racines, et, selon les cas, retravailler certaines longueurs. » Si la décoloration doit être faite le plus souvent à 7 volumes, le coiffeur peut avoir besoin parfois de travailler à 20 volumes s’il y a des surcharges de couleurs. Le travail peut également se réaliser sous chaleur si on est face à un cheveu qui prend difficilement.

 

Technique au bac

Pour réussir un granny, le travail au bac représente une étape déterminante qu’il ne faut pas négliger. Lors du rinçage de la décoloration, il est vivement conseillé d’utiliser un shampoing spécifique après décoloration pour préparer le cheveu à recevoir la patine grise. « Après avoir bien essoré la chevelure, c’est le moment d’appliquer le réducteur de porosité que l’on va laisser poser cinq minutes, précise Laurianne Baésa. Je vaporise ensuite un spray qui va réguler le pH du cheveu sur le réducteur de porosité. Je démêle les cheveux avant de les rincer à l’eau claire. Puis vient le moment d’appliquer le gloss granny avec un biberon, sur la tête entière : racines, longueurs et pointes. »

 

Le choix des gris et de la coupe

Le choix des gris doit se faire très soigneusement, suivant le style de granny voulu et le type de cheveux. « Souvent, je travaille avec un gris plus profond pour la racine, précise Céline Antunes. Parfois, j’utilise le même gris que je vais rallonger, ou je travaille avec un gris plus clair. L’objectif est d’obtenir un très bel effet de nuances. Pour le temps de pause, il faut compter environ 25 minutes, selon les marques. » De nouveau, il faut procéder à un shampoing, mais cette fois, il est recommandé d’utiliser un shampoing spécial pour refermer les écailles et stabiliser l’ensemble. « Je conseille ensuite d’appliquer un conditioner ou un soin spécifique pendant dix minutes, qui va aider encore à refermer les écailles et avoir une action de protection et de reconstruction de la fibre », précise Laurianne Baésa. À partir de là, il est temps de procéder à la coupe et au coiffage désirés. Très tendance, le granny est totalement réussi lorsque la coupe l’est aussi ! Ainsi, Lauriane Baésa n’hésite pas, dès la consultation, à donner à la cliente son avis sur la question : « Les effets wavy sont particulièrement bien adaptés au granny. Le coiffage folk ou le wavy coiffé-décoiffé avec le granny assurent à la cliente un look fabuleux. Il s’agit d’obtenir un style hippie chic, un naturel travaillé qui fait fureur. »

 

Conseils avisés

Côté entretien, c’est aussi un sujet qui doit être abordé avant de commencer la prestation, car le suivi beauté à la maison est indispensable. « La cliente doit utiliser un shampoing spécifique pour cheveux colorés et un shampoing silver à pigments violets », précise Laurianne Baésa.  Il faut surtout éviter que des reflets dorés apparaissent, comme le souligne Céline Antunes : « Après son shampoing, la cliente doit appliquer un soin pour bien préserver la fibre du cheveu à la maison : je conseille le masque avec pigments intégrés pour éviter que le jaune ne reprenne le dessus. Il existe aussi des sprays gris acier qui vont permettre de vaporiser un conditioner sans rinçage afin de ramener sur le cheveu un pigment un peu plus froid. » Enfin, afin de bien entretenir la couleur, il est conseillé de revenir en salon régulièrement. « Le granny supporte bien l’effet racine, conclut Céline Antunes. Un granny avec des racines foncées est joli, car il y a des profondeurs, et c’est moins contraignant pour l’entretien : la cliente peut revenir au salon sans problème tous les deux mois, juste pour raviver son granny ! »

Florence Bernardin

L’astuce de Laurianne Baésa, Redken artiste :

« Au moment de la décoloration, il faut être très vigilant à sa hauteur de ton, afin d’éviter les reflets jaunes ou orangers. Il ne faut pas hésiter à faire une seconde décoloration si la première n’a pas bien marché, tout en faisant très attention au cheveu… Et à rajouter un additif protecteur de la fibre dans le mélange éclaircissant. »




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris