Bien aborder les cheveux crépus et frisés 04/2017


© Leonard Mc Lane/Getty Images
Ce type de chevelure réclame bien souvent des soins profonds et une attention particulière. À chaque étape de la prestation, il faut faire preuve d’une grande expertise et d’une vraie technicité !

Un diagnostic en trois temps

Si le diagnostic constitue une étape capitale dans le parcours de la cliente, c’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de cheveux frisés ou crépus, « c’est-à-dire des cheveux de types 3 ou 4 selon l’échelle de Walker, précise Aude Livoreil-Djampou, gérante du salon Studio Ana’e à, Paris. Le type 3 correspond à un cheveu en forme de spirale, et le type 4 désigne les cheveux crépus. Dans les deux cas, je propose un diagnostic en trois étapes, car ces cheveux nécessitent un diagnostic plus poussé. » Ainsi, il est recommandé dans un premier temps de poser des questions ouvertes à la cliente sur la perception qu’elle a de ses cheveux, et sur sa façon de les travailler ou de les entretenir. « La 2e phase du diagnostic, c’est l’analyse de l’expert qui va faire la lecture de l’ensemble de la chevelure en plusieurs zones, et comprendre son historique pour compléter son évaluation, explique Aude Livoreil-Djampou. La 3e phase consiste à restituer à la cliente le bilan sur sa chevelure, et à lui expliquer ce dont elle a besoin. Enfin, on lui propose un menu de soins avec plusieurs devis afin qu’elle n’ait aucune surprise à la fin de la prestation. »

La coupe à sec

Il faut savoir qu’un cheveu frisé ne se coupe pas mouillé, mais toujours à sec ! Ainsi, dès que le diagnostic est terminé, on peut procéder à la coupe suivant le choix de la cliente. « Il existe deux façons de couper les cheveux de type 3 et 4, poursuit Aude Livoreil-Djampou. Soit on coupe directement sur l’afro, si la personne veut garder ce style, soit on réalise une coupe plus structurée. Dans ce cas, on utilise un spray hydratant démêlant, on allonge le cheveu comme si on le repassait, on le coiffe avec une brosse plate, toujours à sec, puis on coupe et on structure. Si besoin, il est toujours possible de faire un petit rattrapage, à la fin de la prestation, suivant les attentes de la cliente. » Pour Maryse Rocher, gérante du salon Maryse Rocher à Paris, l’idéal est de couper au doigt avec les ciseaux, en prenant soin de ne pas écraser les boucles, pour préserver le côté élastique et un joli rebond.

Deux shampoings valent mieux qu’un

La particularité des cheveux frisés est que le sébum migre moins le long de la fibre, il reste essentiellement à la racine. Il s’agit d’un cheveu qui a une double nature : à la base il a besoin d’être lavé en profondeur, tandis que les longueurs, où il y a peu de sébum, doivent être préservées pour ne pas s’assécher. Il est donc nécessaire de faire deux shampoings différents : un shampoing clarifiant, qui va être plus centré sur le nettoyage de la racine, et un shampoing hydratant, très doux et très hydratant, qui constitue la première étape du soin.

Soins profonds

C’est bien connu, plus un cheveu est frisé, plus il est fin, sec et cassant. Par nature, il a donc besoin de plus de soins. Par ailleurs, les personnes qui ont le cheveu frisé ont souvent tendance à le "sur-solliciter". Aude Livoreil-Djampou souligne : « Ces personnes n’ont pas toujours le bon geste de démêlage, ni les bons outils coiffage, et réalisent des variations de coiffure parfois très brutales. Après le shampoing, l’application d’un masque ou d’un conditionner s’impose, selon la nature du cheveu et sa porosité... » Ce soin profond nécessite un temps de pose long sous serviette ou sous casque vapeur de dix à quinze minutes minimum. « Il faut travailler sur la réhydratation profonde, la nutrition, pour obtenir une matière souple. Les clientes sont surprises par le résultat : c’est très moelleux et doux. Les cheveux frisés peuvent être très travaillables quand ils sont hydratés, bien différents de cette matière sèche et rebelle qu’on voit souvent. » Même avis pour Maryse Rocher qui préconise les soins à la protéine de soie et à la kératine ainsi que l’utilisation d’une brosse plate au moment du séchage.

Crèmes légères et hydratantes

La prestation ne doit pas s’achever avec l’utilisation de laque. Un produit chimique ou alcoolisé, sur un cheveu poreux, viendra contrarier le soin hydratant. Par ailleurs, inutile de fixer : avec les cheveux frisés le volume est déjà là ! Il est possible d’utiliser des sprays légèrement fixant, sans alcool, qui éviteront l’effet crispé ou carton. Les crèmes légères et hydratantes qui fondent dans la main et permettent de définir la boucle sont à privilégier pour garder ce côté moelleux. Pour Maryse Rocher, c’est aussi le moment de rappeler à la cliente quelques règles simples pour préserver la beauté de ses cheveux : « Je conseille de boire un à deux litres d’eau par jour pour avoir des cheveux moins cassants, et de veiller à une alimentation saine avec un bon apport vitaminique. La beauté des cheveux commence aussi par une bonne hygiène de vie ! »

Florence Bernardin

Un cuir chevelu à entretenir

Pour les cheveux de type 3 et 4, la prise en compte du cuir chevelu est essentielle, car c’est là où se jouent la pousse et le confort capillaire. Sur un cheveu frisé : les shampoings sont moins fréquents, le sébum a tendance à s’accumuler. Les problèmes de démangeaison et de mycose ne sont pas rares. « Et si ces personnes sont adeptes des nattes et tresses, on aura besoin de nettoyer le cuir chevelu en profondeur, précise Maryse Rocher. Il faut absolument l’intégrer dans le diagnostic : on compte donc presque toujours un soin cuir chevelu dans la prestation. »






Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris