Réalisez sans crainte la coiffure crantée ! 12/2017


© Hair Robin Navarro Harraga pour Claude Maxime © Anthony Meyer
Très sophistiquée et ultra-glamour, la coiffure crantée est à l'affiche des fêtes de fin d'année. Il s’agit d’une prestation délicate qui nécessite un vrai savoir-faire et beaucoup de doigté.

Le diagnostic, impératif

Qu’il s’agisse d’un mariage ou d’une soirée chic, la coiffure crantée nécessite d’interroger la cliente de manière précise. « Tout d’abord, je cherche à savoir pour quelle occasion elle souhaite cette coiffure et quels vêtements elle compte porter, explique Sandrine Ruiz, coiffeuse artistique Eugène Perma Professionnel et gérante du salon Hair Studio, à Toulouse (31). La coiffure crantée peut être réalisée aussi bien sur cheveux longs que sur cheveux courts, sur cheveux épais que sur cheveux fins. Seuls les cheveux coiffés en brosse ou afro ne s’y prêtent pas. Il est préférable, également, d’avoir une chevelure pleine car faire des crans sur des cheveux dégradés est compliqué, et le résultat est moins esthétique. » Pour Jérôme Guézou, coiffeur ambassadeur L’Oréal Professionnel et gérant du salon Angel Studio, à Paris, « la coiffure crantée, c’est un look fort, très habillé, élégant et glamour, qui évoque les Années folles. Le style de cran doit être choisi suivant la tenue : si la cliente décide de porter une robe charleston, par exemple, les crans très serrés seront parfaitement adaptés. La coiffure crantée s’accorde aussi très bien avec un bustier ou un smoking, et on peut réaliser des crans sur toute la chevelure, comme sur un seul côté de la tête. Il est possible également de faire un ou plusieurs crans qu’on positionnera pour accessoiriser un chignon par exemple…»



Quels crans pour quel look ?

Il existe plusieurs techniques pour faire des crans. Aussi, le choix de la méthode sera fait suivant le type de cheveux, la tenue vestimentaire et le désir de la cliente. « On peut réaliser des crans à l’eau avec un peigne et du gel, en boucle, avec un fer, ou encore avec une mise en plis, précise Jérôme Guézou. Il peut s’agir d’une mise en plis très serrée, effectuée avec des tout petits rouleaux pour des carrés crantés de style Sonia Rykiel, ou avec de très gros rouleaux pour des crans sur cheveux longs à la Jessica Rabbit. » Et suivant la méthode utilisée, le résultat va varier. « Avec le fer, on obtient un cran un peu plus plat et lâche, un peu plus commercial, souligne Sandrine Ruiz. Avec la mise en plis, le cran sera beaucoup plus travaillé, avec des arêtes plus nerveuses, pour un très beau résultat. Enfin, j’utilise aussi parfois des baguettes chinoises, qui permettent d’obtenir un dessin de cran très esthétique. »



Shampoing et montage

Une fois le diagnostic réalisé et le type de cran choisi, il est temps de passer au bac pour réaliser un shampoing avec soin. « Plus le cheveu est propre et plus il va être malléable, poursuit Jérôme Guézou. En revanche, il est déconseillé d’utiliser une crème après-shampoing qui va alourdir le cheveu. » Lorsque la chevelure est sèche, on peut procéder au montage. Pour Sandrine Ruiz, il est impératif de commencer par la nuque pour aller vers le sommet, et de réaliser en priorité le placement du mouvement, après avoir vérifié avec la cliente si elle préfère une raie au milieu ou sur le côté. « Il faut prendre mèche par mèche et veiller à ce que toutes les mèches soient parfaitement bien enroulées : que ce soit autour d’un fer, d’une baguette, d’un rouleau…L’enroulage se doit d’être parfaitement régulier. » Même souci de perfection pour Jérôme Guézou qui précise : « Je sépare le cuir chevelu par bandes horizontales, puis je boucle des mèches relativement fines. Sur la première bande, je place les boucles à droite, sur la deuxième bande les boucles à gauche, sur la troisième les boucles à droite, etc. J’inverse systématiquement le sens des boucles, puis je les stabilise avec des pinces. Le fait d’avoir interverti chaque bande avec des sens différents va permettre aux crans de se dessiner parfaitement. »



Brossage et fixation

Lorsque le montage est achevé, il est recommandé de passer la brosse en douceur. « Si les crans ne se dessinent pas très bien, on peut éventuellement redessiner les arêtes avec des pinces plates, précise Sandrine Ruiz. Il faut mettre un petit papier de permanente en dessous de la pince pour ne pas faire de marque. Je conseille de laisser pauser cinq à dix minutes pour que ça prenne bien. » Tout produit gras ou huileux est, bien sûr, à bannir pour éviter d’alourdir et de détendre le cheveu. « On peut fixer l’ensemble avec une laque souple de préférence, car une laque strong risque de geler le cheveu, précise Jérôme Guézou. Le cran doit vivre : si on le cartonne trop, il va bien tenir pour la soirée, mais le lendemain il sera rêche et beaucoup moins glamour ! »



Garder son cran

Très élégante, la coiffure crantée est aussi très éphémère. Avec quelques égards, on peut tout de même espérer garder ses crans trois ou quatre jours. « Pour dormir, je prône de placer la chevelure dans un filet, et le lendemain, de brosser doucement ses crans de haut en bas, sans donner de grand coup de brosse ni chercher à créer du volume, précise Jérôme Guézou. On peut se permettre aussi de vaporiser à nouveau un léger voile de laque. » Autre astuce pour préserver la beauté de ses crans : « J’invite mes clientes à dormir sur une taie d’oreiller en soie, conclut Sandrine Ruiz. La soie est l’amie de la coiffure crantée ! »

Florence Bernardin



Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris