Réussir un chignon avec doigté et précision 12/2016


© Thomas Gogny pour Coiffure de Paris
Il existe une multitude de chignons, mais seulement quelques techniques à connaître et des étapes indispensables à respecter. Qu’il soit classique ou extravagant, voici des clés pour réaliser votre chignon avec succès !

Cerner le désir et la personnalité de sa cliente

Être à l’écoute de sa cliente et comprendre exactement ce qu’elle désire, telle est la première étape incontournable pour réussir un chignon. « Parfois, la cliente apporte une photo du chignon qu’elle souhaite porter, explique Hélène Rabu, chef coiffeuse et formatrice au bar à coiffures 365c, à Paris. Dans ce cas, la question est de savoir comment on va adapter cette coiffure à son visage. Sinon, il faut la questionner de A à Z pour cerner ses attentes et sa personnalité, ce qui va permettre de la conseiller au mieux sur le chignon à réaliser. » Ainsi, il est indispensable de savoir pour quelle occasion elle souhaite porter ce chignon, quelle va être sa tenue, si elle veut quelque chose d’attaché ou de détaché, un chignon haut ou bas, symétrique ou asymétrique, dans l’esprit plutôt rock, bohème ou romantique, avec ou sans tresse, et si elle souhaite un rendu naturel ou sophistiqué. « Je prends aussi le temps de mimer la coiffure avec mes mains afin de montrer le type de mouvement devant ou sur le côté, poursuit Hélène Rabu. Puis, lorsque la cliente valide, on peut commencer… »

Préparer le cheveu avec soin

« La préparation du cheveu, c’est un tiers de la réalisation du chignon, explique Samuel Rocher, gérant des salons Samuel Rocher, à Paris. Je brosse les cheveux, les mets sur rouleaux ou sur pinces afin de donner de la matière. » Il y a parfois besoin de boucler le cheveu ou de lisser les frisottis. Très importante : l’étape du crêpage. « C’est, pour moi, la base du chignon, souligne Samuel Rocher. Un bon crêpage est un crêpage souple, mais qui tient bien et est facile à lisser. Il s’effectue grâce à un peigne démêloir à grandes dents et, pour le réussir, il est nécessaire de travailler de la racine jusqu’à la pointe. » Ainsi, on crêpe soit les zones auxquelles on veut donner du volume, soit celles où on a besoin de fixation. « Le crêpage, c’est comme les fondations d’une maison, poursuit Samuel Rocher. C’est ce qui va permettre de bien monter le chignon. » Et il ne faut pas non plus négliger le lissage : car plus le cheveu est lissé, plus le chignon sera brillant et net.

Réaliser le montage pas à pas

Il est important de réaliser son chignon avec méthode : faire les séparations avec précision, isoler les mèches qu’on ne va pas utiliser tout de suite, commencer à travailler les cheveux au fur et à mesure, veiller à ne pas être encombré par les petits cheveux… Hélène Rabu précise : « S’il s’agit d’un chignon tressé, je commence par réaliser la tresse. Si c’est un chignon haut, je vais faire ma queue-de-cheval, si c’est un chignon bas, je pose des pinces plates pour fixer les cheveux à l’arrière. Enfin, s’il s’agit d’un chignon banane, je vais placer mes pinces plates sur le côté. Après le crêpage, la pose d’élastiques et de pinces est la base de construction du chignon. » Pour Samuel Rocher, il est préférable de ne pas faire un chignon « en direct » : « Je place mes épingles dans les cheveux, mais je ne les enfonce pas. Je regarde les volumes par rapport à la morphologie du visage. Puis, une fois que les volumes sont bons, je fixe les cheveux. Cette méthode me permet de revenir en arrière si besoin, car une épingle enfoncée est une épingle définitive. Selon moi, le mieux est de commencer par la nuque et de finir par le dessus et les côtés. »

Ajuster les volumes et fixer le chignon

« Une fois le chignon monté, il me reste éventuellement à placer la tresse si j’en ai fait une, ou sur certaines coiffures, à finir le devant, explique Hélène Rabu. Puis je vais ajuster les volumes, renforcer avec des barrettes, sortir quelques mèches. » C’est alors le moment de valider avec la cliente. Doit-on ressortir un peu de volume à tel endroit ? Est-ce qu’il vaut mieux garder telle mèche ou plutôt l’attacher ? Enfin, il ne faut pas omettre d’utiliser de la laque pour arranger les cheveux et achever la fixation du chignon. « Si les cheveux sont très glissants, on peut aussi répartir de la poudre sur la coiffure pour renforcer et éviter aux cheveux de se dérober. »

Bien conseiller à sa cliente

Enlever l’appuie-tête de sa voiture, éviter les écharpes qui peuvent faire tomber des petits cheveux dans la nuque, ne pas tripoter son chignon, sont autant de conseils à donner à sa cliente pour que la coiffure se maintienne le plus longtemps possible. « Si la cliente souhaite faire la sieste, je lui suggère d’entourer son chignon avec un foulard en soie, conclut Hélène Rabu. C’est le foulard qui frottera contre l’oreiller, pas les cheveux. » Cependant, comme le souligne Samuel Rocher : « Dans le cas d’un chignon flou, certaines boucles peuvent se relâcher sans conséquence négative. C’est cela aussi qui est intéressant : voir qu’un chignon peut évoluer tout en restant toujours joli et charmant ! »

Florence Bernardin

Deux astuces du coiffeur pour réussir son chignon :

Utiliser des brosses plates en poils de sanglier au lieu de la brosse pneumatique qui, en raison de ses picont, a tendance à creuser le crêpage.

Maquiller la cliente avant de réaliser la coiffure, cela aide à analyser la morphologie du visage et ainsi à mieux adapter les volumes du chignon.




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris