Vacances : anticipez-les pour bien les gérer ! 04/2017


© Getty Images
Le planning des vacances peut virer rapidement au casse-tête. Pour prévenir les conflits, il est important d’imposer des règles et de savoir les communiquer !

Agir dans l'intérêt du salon

Avant de réaliser les plannings de congés, la priorité est de déterminer les périodes creuses et les périodes classées « rouge » du salon. Sebag Arbajian, gérant des salons Oxygen à Juan-les-Pins et Cagnes-sur-Mer (06), précise : « Je considère le salon comme une personne à part entière, j’agis donc dans son intérêt. Juan-les-Pins étant une station balnéaire prisée, avec une hausse de 20 % du chiffre d’affaires en juillet-août, j’interdis les congés à cette période. En revanche, dans mes salons de Cagnes-sur-Mer, où la fréquentation touristique est moins importante, c’est plus flexible et j’accorde une semaine à chacun en été. »

Harmoniser les demandes

Parallèlement à l’intérêt du salon, la prise en compte des souhaits des membres de l’équipe est  indispensable. « J’essaie d’être à l’écoute et d’harmoniser au mieux les demandes de mes collaborateurs », explique Sophie Bauçais, gérante des salons Sophie Bauçais Prestige à Rochefort et à La Rochelle (17). « Je donne cependant la priorité aux mères de famille et à celles dont les conjoints ont des dates fixes de vacances. Et s’il y a conflit, c’est l’ancienneté qui prime. »

Anticiper plusieurs mois à l’avance

Pour éviter les tensions, mieux vaut établir ses plannings à l’avance ! Ainsi, dès le mois de septembre, Sebag Arbajian demande à ses employés de choisir leurs dates de congés pour les six premiers mois de l’année suivante. « Cela permet de gérer les demandes sans stress et de prévenir les conflits entre employés. De mon côté, je communique les règles concernant les congés dès l’entretien d’embauche, ce qui évite toute protestation. »

Accepter des compromis

Malgré des plannings bien établis, il faut parfois faire face aux situations exceptionnelles. « L’une nos collaboratrices se marie l’été prochain, je lui ai accordé une semaine de vacances et ai fait appel à une extra pour palier son absence, précise Sebag Arbajian. Nous faisons des exceptions pour ce type d’événement ou pour un imprévu tel qu’un enterrement. » Pour Sophie Bauçais, interdire les congés durant certaines périodes nécessite des compromis : « J’accepte que certains prennent trois semaines d’affilée en période creuse, même si c’est difficile à gérer. Cela fait partie des compensations que l’on offre à nos employés qui font parfois des sacrifices au cours de l’année ! »

Florence Bernardin

L’avis de Sebag Arbajian, gérant des salons Oxygen à Cagnes-sur-Mer et Juan-les-Pins :

« Prendre ses congés à une période où le salon enregistre une hausse de 20 % n’est pas dans l’intérêt des employés. C’est le moment pour eux de monter leurs primes et de percevoir de meilleurs salaires… Un argument infaillible ! »




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris