Abonnez-vous !

Multimédaillé, Fabrice Cornillon est un coiffeur passionné. Il est aujourd’hui notamment ambassadeur pour Fejic (Feather et Carbon Combs) et Eugène Perma. Rencontre.

Coiffure de Paris: Quelle est votre recette du succès pour votre salon auxerrois dédié à l’homme?
Fabrice Cornillon: Un travail net, soigné, appliqué et la ponctualité, car les hommes apprécient qu’on respecte l’heure de leur rendez-vous. Naturellement, j’ai aussi valorisé mes médailles. Par ailleurs, j’ai mis en place deux types de forfait: le classique à 25 € et le premium à 30 € qui ne dure pas plus longtemps, mais avec lequel le client bénéficie d’attentions supplémentaires comme une méthode de massage au moment du shampoing, l’application d’un spray densité avec un léger massage et la demiserviette chaude pour le visage.

Comment percevez-vous l’évolution de la coiffure homme?
F.C.: Je suis prudent, car les modes changent! En 1998, après la Coupe du monde de football, les hommes se sont rasé la tête! Je me suis donc mis au hair tatoo avec Djibril Cissé en utilisant le Nape Razor de Feather. Actuellement, les hommes portent les cheveux très courts et visitent les salons toutes les trois semaines. J’ai donc mis en place un forfait coupe d’entretien à 15 € avec juste un dégradé pour ceux qui viennent tous les quinze jours. Je suis conscient que lorsque le phénomène barbe va s’arrêter, il nous faudra combler le manque à gagner avec de nouveaux services.

Le recrutement chez vous est-il problématique ?
F.C.: Bien sûr, je suis comme tout le monde, c’est très difficile pour moi de recruter. J’ai cherché l’an dernier à remplacer un congé maternité et je n’ai trouvé personne! Certains n’ont peut-être pas postulé, ayant peur de ne pas avoir le niveau. C’est dommage; je forme systématiquement tout mon personnel pendant trois mois, car les coiffeurs ne possèdent pas les bases de la coiffure homme.

Quelle est votre vision de l’évolution du métier?
F.C.: Je suis assez déçu car la formation école est actuellement très banalisée. Le niveau des jeunes est globalement très bas et il existe des différences importantes entre CFA et écoles privées, et même entre certains CFA. Certains établissements sont très performants, d’autres beaucoup moins. À mes yeux, il y a un problème de formation important de nos jours.

Il y a un an, votre fils a décidé de s’engager dans la coiffure. Comment avez-vous accueilli sa décision?
F.C.: Mon fils était pâtissier et a découvert notre métier en me servant de modèle. Il a trouvé sa passion dans l’aspect artistique de notre profession. Pour l’instant, je le guide et le prépare à être un bon coiffeur. Il adore la technique, la coupe et les chignons. Il a aussi effectué un stage couleur avec Ludovic Geheniaux et il a eu le déclic. Mais il prendra seul la décision de son parcours et je ne sais pas encore comment il va construire sa carrière.

Comment travaillez-vous concrètement avec Fejic?
F.C.: J’ai gagné mon premier rasoir Feather par Fejic dans un concours et je travaille toujours avec! J’apprécie les différentes lames qu’ils proposent pour leurs rasoirs à barbe en fonction de la dureté du poil. Ils ont une vision très technique et exigeante qui correspond à ma façon de travailler.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui démarre dans le métier?
F.C.: Il faut qu’il ait une boulimie de curiosité. Qu’il aille voir sur les réseaux sociaux, qu’il participe également à beaucoup de choses. Montrez votre motivation, votre envie de faire ce métier et cela paiera tôt ou tard. Quand on voit un jeune motivé de la sorte on a envie de l’aider. D’ailleurs, les jeunes ont tous envie au départ, mais généralement le découragement s’installe. C’est à nous, chefs d’entreprise ou maîtres d’apprentissage, de les guider et de les rebooster dans ces moments charnières.

BIO EXPRESS
1992 : Commence son apprentissage dans le salon de son père.
1993 : Médaillé d’or au concours du Meilleur Apprenti de France.
1994 : Médaillé de bronze au Championnat du monde.
1995 : Médaillé d’argent au Championnat d’Europe.
1996 : Obtient son brevet professionnel; médaillé d’argent aux Olympiades des Métiers.
1997 : Acquiert le brevet de maîtrise.
1998 : Intègre Wella Professionals comme formateur et ambassadeur.
2000 : Membre de la Haute Coiffure Française.
2001 : Accède à la cogérance du salon de son père, à Auxerre (89).
2003-2009: Prend la direction artistique hommes pour Intercoiffure.
2011 : Reprend le salon familial et est nommé ambassadeur Eugène Perma.
2013 : Devient ambassadeur Fejic.

FACEBOOK

INSTAGRAM

PINTEREST

Copyright © 2018 Link Media Group. Tous droits réservés.
Facebook
Instagram
Pinterest