Abonnez-vous !

Pour Raphaël Perrier, quadruple champion du monde de coiffure et entraîneur de l’Équipe de France, la coiffure est un véritable sport de combat. On y travaille dur, mais toujours avec passion et respect.

Coiffure de Paris: La coiffure est-elle une vocation pour toi?
Raphaël Perrier: Oui, et elle est venue tout naturellement avec un grand-père et des parents eux-mêmes coiffeurs. À l’âge de 5 ans, je traînais déjà dans le salon familial en espérant qu’ils me confient quelques tâches. À 14 ans, j’y travaillais. Dès la première année, j’ai participé au concours de Meilleur apprenti de France, à Avignon (84). Et deux ans plus tard, j’ai intégré l’Équipe de France. En 2002, je remportais mon premier titre de champion du monde. J’ai toujours eu une âme de compétiteur, avec une éthique que je continue à défendre dans tous les aspects de mon métier. Il est important de respecter son adversaire et ses collaborateurs, tout comme dans le compagnonnage ou le sport. Ma pratique régulière de la boxe me le rappelle sans cesse.

As-tu toujours eu une âme de businessman ?
R. P.: Cela n’était pas forcément naturel chez moi. Mais je me suis formé. J’ai appris comment gérer et manager. À 20 ans, j’ai créé une première société de vente de produits, au Mexique. Après mon BP, j’ai étudié par correspondance le management et le développement international. Je me suis très vite rendu compte que cette formation était indispensable pour mener à bien tous mes projets. Y compris quand il s’agit de transmettre aux plus jeunes, un domaine qui me tient particulièrement à coeur.

Comment arrives-tu à mener de front ta carrière de coiffeur artistique, de manager et de formateur?
R. P.: Je travaille beaucoup à l’instinct et je suis aidé par une équipe formidable et compétente. J’ai la chance d’exercer un métier extraordinaire, de fréquenter de grandes et belles personnes du monde de la coiffure. Mon travail est une manière de leur rendre hommage et de montrer au plus grand nombre tout le respect que je leur porte. Donner une belle image du métier que l’on exerce me rend heureux et m’encourage à poursuivre mes efforts pour promouvoir ma profession partout dans le monde.

Comment recrutes-tu tes collaborateurs ?
R. P.: C’est leur envie d’apprendre qui me touche le plus. Si je perçois cette volonté couplée à une véritable passion pour nos métiers, je n’hésite pas. Avec chaque nouvelle recrue, j’engage un dialogue direct dans lequel je lui demande ce qu’elle attend de moi. Avec elle, je mets au point son évolution dans le métier. Certains collaborateurs affichent d’emblée des profils de managers, d’autres sont plutôt portés vers l’artistique. Il est important de les orienter sur le bon chemin afin d’en obtenir le meilleur. Le travail fera le reste.

Comment vois-tu évoluer le métier?
R. P.: Nous vivons une époque formidable grâce aux nouveaux outils de communication qui s’offrent à nous. S’ils sont intelligemment utilisés, ils permettent de séduire une nouvelle clientèle tout en fidélisant l’ancienne. Les salons doivent s’y mettre, ne pas s’isoler et se former avec l’objectif de créer le « salon du futur ». C’est une opportunité formidable à saisir pour redynamiser la profession.

Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui veut se lancer dans la coiffure ?
R. P.: Je dirai qu’il faut avant tout être passionné. L’ouverture d’esprit s’avère aujourd’hui primordiale dans la profession. Nous avons la chance de vivre à l’heure de la mondialisation. Quelle richesse! À condition d’être curieux et d’avoir le courage de se former. Y compris dans des domaines annexes à la profession, comme la biologie, les nouvelles technologies informatiques, les langues étrangères ou le management.

BIO EXPRESS
1998 : intègre l’Équipe de France à 16 ans.
2000 : meilleur apprenti de France.
2002 : premiers titres de champion du monde.
2005 : coiffe les comédiens du Roi Soleil et de Mozart, l’Opéra Rock.
2010 : titres de champion du monde, en individuel et par équipe.
2011 : ouvre un premier salon au Mans (72), sa ville natale.
2013 : inaugure la franchise Raphaël Perrier en Chine.
2016 : lance le Club, un espace de dialogue pour fédérer la profession.</p>

Agnès Delcourt

 

FACEBOOK

INSTAGRAM

PINTEREST

Copyright © 2018 Link Media Group. Tous droits réservés.
Facebook
Instagram
Pinterest