Abonnez-vous !

La décoloration est une technologie agressive, qui nécessite un vrai savoir-faire et beaucoup de doigté. Lorsqu’elle est ratée, le professionnel se doit de mettre en oeuvre toutes ses compétences pour préserver et réparer le cheveu. Un exercice d’une grande complexité…

LES DIFFÉRENTS EFFETS D’UNE DÉCOLORATION RATÉE
Décolorer consiste à ouvrir le cheveu au maximum afin d’éliminer les pigments naturels ou artificiels. « La décoloration est l’acte le plus agressif que l’on puisse faire subir à un cheveu, explique Frédéric Mennetrier, expert coloriste et gérant du salon L’Atelier Blanc, à Paris (2e). Il s’agit de la technologie la plus forte qui existe en coiffure. Elle va beaucoup sensibiliser les cheveux et c’est donc toujours très compliqué de réparer les dégâts qu’elle a causés. » Une décoloration ratée peut avoir plusieurs effets. Ainsi, si le produit n’éclaircit pas suffisamment, les cheveux prennent souvent une teinte orange. « De même, on peut se retrouver avec des taches ou des zones de marbrures parce que le produit n’aura pas été réparti de façon optimale », explique Virginie Rocha Nelli, responsable créativité et chef produits chez Eugène Perma. Autre conséquence très courante d’une décoloration ratée : le cheveu devient élastique, il est mou et cassant. Au cours du diagnostic, il est impératif de savoir les gestes qui ont été réalisés. « Le coiffeur doit effectuer un diagnostic de manière optimale et connaître l’historique en remontant au moins trois mois en arrière, précise Virginie Rocha Nelli. Sinon, il peut rester des vestiges de coloration sur les longueurs et le résultat sera plus proche du jaune orangé, que du blond platine recherché ! »

PRENDRE UNE DÉCISION ADAPTÉE
Avant tout rattrapage de coloration, il faut savoir si la cliente souhaite couper ses cheveux. « Car autant couper plutôt que décolorer des zones qui vont être éliminées par la suite », souligne Virginie Rocha Nelli. De son côté, Frédéric Mennetrier précise : « Si le cheveu peut encore supporter d’être touché d’un point de vue chimique, on va opter pour une décoloration très douce avec des volumes extrêmement bas, contenant des complexes céramidiques et silicone qui vont tempérer l’action d’oxydation, afin que ce soit moins agressif. En revanche, si les cheveux sont trop abîmés et sensibilisés, il faut arrêter de les toucher : j’applique alors un gloss qui va être doux et neutraliser les effets négatifs. »

REDÉCOLORER
Procéder à une nouvelle décoloration pour rattraper les effets de la précédente, suppose d’agir avec précaution et habileté. « Je conseille aux coiffeurs de travailler dans les règles de l’art de la décoloration, c’est-à-dire de se souvenir de tous les éléments clés pour la réussite d’une décoloration, comme d’appliquer en priorité le produit sur les longueurs avant d’appliquer sur les racines », insiste Virginie Rocha Nelli. En effet, les pointes décolorent beaucoup moins vite que les racines. Si on commence par les racines, la décoloration sera réussie en racine tandis que la pointe sera jaune et nécessitera une seconde décoloration. Pour obtenir un beau blond blanc, il faut que la décoloration soit réalisée à la perfection. Virginie Rocha Nelli poursuit : « Il est préférable de commencer une décoloration très doucement et d’augmenter la force du révélateur au fur et à mesure des applications, plutôt que de commencer fort et de finir faible, car on risque d’abîmer le cheveu. »

DES SOINS INDISPENSABLES
La décoloration nécessite de soigner son cheveu en profondeur afin d’en préserver la qualité. Aussi, lors du passage au bac, il faut utiliser des produits de soin qui vont redonner un peu de la douceur, de la souplesse et de la brillance qui ont été perdues à cause de la décoloration. « Le mieux est de poser un soin à la kératine qui va soigner le cheveu en profondeur, explique Virginie Rocha Nelli. Puis, je conseille d’appliquer un produit à base de Plex qui va travailler sur les ponts disulfures endommagés par la décoloration. Le Plex permet de réparer la structure des ponts en place et d’éviter que le cheveu ne se casse au démêlage. » Une fois ces produits appliqués, il faut éviter de faire son brushing à une température trop élevée. Il vaut mieux privilégier le séchage avec de l’air tiède pour minimiser l’impact de la chaleur sur le cheveu. Enfin, l’application d’un sérum à base de silicone est utile pour apporter de la glisse, ce qui va faciliter le passage de la brosse durant le brushing et redonner de l’aplomb, une vraie sensation de gravité aux cheveux.

DES CONSEILS D’ENTRETIEN
Expliquer à sa cliente comment entretenir ses cheveux à la maison est indispensable. « Je lui recommande l’utilisation d’un produit au Plex afin d’entretenir les ponts pour renforcer la fibre, qu’elle peut alterner avec un masque ultra nourrissant, précise Virginie Rocha Nelli. À chaque shampoing, elle doit faire un soin. Les produits qui se rincent vont mieux pénétrer la fibre que des produits sans rinçage. » Par ailleurs, si elle se rend à la mer ou à la piscine, la cliente devra prendre des précautions particulières. Frédéric Mennetrier précise : « Les cheveux décolorés sont ultra poreux et vont donc particulièrement absorber le sel ou le chlore. Or, ce sont des éléments corrosifs qui vont encore davantage abîmer les cheveux. Il ne faut pas hésiter à les protéger avec un produit à base de silicone ou céramide. En revanche, il faut éviter les huiles qui ont tendance à frire le cheveu lorsqu’il est exposé au soleil. » Selon Virginie Rocha Nelli, « ces gestes simples sont très importants pour préserver la beauté du cheveu ».

FACEBOOK

INSTAGRAM

PINTEREST

Copyright © 2018 Link Media Group. Tous droits réservés.
Facebook
Instagram
Pinterest