Je re(fais) mon salon moi-même

Sans être un bricoleur averti, vous pouvez réaménager ou donner un coup de jeune à votre salon. Un peu d’imagination et d’huile de coude suffisent. Vous ferez ainsi des économies et disposerez d’un établissement original.

Réaliser des travaux dans son salon de coiffure est à la portée de tous. D’autant que la plupart des produits sont, aujourd’hui, simple à poser et à utiliser. Mais attention, deux postes, la plomberie et l’électricité, doivent absolument être confiés aux professionnels ! Pour le reste, nombreux sont les coiffeurs qui retroussent leurs manches pour l’aménagement du local ; que ce soit lors de la création de l’activité ou pour des rénovations. Principal objectif : faire des économies. Mais pas seulement. C’est aussi l’occasion de disposer d’un salon de coiffure atypique et de se différencier de la concurrence. 

MURS, SOLS ET DÉCO

Les travaux, le plus souvent « home made », sont les peintures. Ainsi, Carole Archambault propriétaire du salon de coiffure Coiff & moi, à Chateauneuf-en-Thymerais (28), ouvert en décembre 2011, et Sandrine Funten, qui dirige Un temps pour soi, à Montargis (45), ont refait les peintures. Depuis la création, il y a dix ans, de L’Atelier, son salon bisontin, Éric Pinto a renouvelé les peintures trois fois. « J’ai choisi un gris clair sobre et j'ai aussi recouvert des murs avec des pierres de parement anthracite, indique cet ancien de chez Dessange. Des travaux qui ne coûtent pas cher : 500 à 600 € suffisent pour repeindre un salon. » Pour sa part, Jacqueline Dargier propriétaire du salon Alain coiffure, à Guéret (23) a décidé de fermer, d’ici la fin de l’année, la vitrine arrière de son magasin déjà occultée par un store. Le déclic : une facture bimestrielle de chauffage de 550 €. Son mari va installer des panneaux d’isolation sur les fenêtres, lesquels seront recouverts de toile de verre et peints.

Autre solution : le lambris. C’est celle choisie par Lucile Wozniak, de Lucile coiffure, à Lens (62) qui, lors des derniers travaux a posé du lambris PVC – facile d’entretien – sur la moitié des murs et a conservé le papier peint sur les autres.

Pour les sols, « grâce aux actuels produits de bricolage, simples à utiliser et au joli rendu, poser un parquet ou un carrelage est moins compliqué que l’on croit ; pour peu que le sol soit plan et l’on suive minutieusement le mode d’emploi », souligne Marc, coiffeur à Paris. Une solution retenue par Frédéric Sauvin et Bruno Lucquiaud dont le sol de leur salon Les Garçons en privé, à Saint-Gilles-les-Bains (974) est constitué de dalles autocollantes. De même pour Jacqueline Dargier. « Je projette de remplacer le revêtement de sol plastifié par du carrelage d’ici deux ans », annonce-t-elle. 

L’AMÉNAGEMENT

En matière d’aménagement, l’imagination est de mise : rénovation d’anciens meubles, murs en miroir, dessertes remplaçant les coiffeuses, détournement de meubles et objets. Les coiffeurs ne manquent pas d'idées !

Sandrine Funten a modernisé son salon avec de nouveaux fauteuils et des miroirs. Un salon qu’elle rénove, au fur et à mesure, puisque pour l’instant la déco à l’ancienne de l’espace technique et les bacs restent dans leur jus. Et si Lucile Wozniak a réalisé la tablette de coiffage, Frédéric Sauvin et Bruno Lucquiaud ont aménagé eux-mêmes leur salon ouvert il y a deux ans et demi. « Tout ou presque est en matériel de récupération : cinq fauteuils en barils de pétrole avec une assise ronde en mousse, tablettes à roulettes de couleur en palette en guise de coiffeuses, cinq miroirs de 2 m de haut, repose-pieds en parpaings peints en noir, éclairage avec cinq ampoules géantes (Leroy Merlin), raconte Frédéric Sauvin. Nous avons aussi acheté deux fauteuils et les bacs d’occasion. » Budget total : 18 000 € !

Enfin, Éric Pinto réaménage, régulièrement, son salon en changeant l’espace de vente et la table de manucure de place. « Cette modification apporte une dynamique, à la fois, aux clients et aux coiffeurs, se réjouit-il. C’est plaisant. » Prochain investissement, l’installation d’ampoules LED ; de quoi générer de solides économies. De même, il s’est équipé de fauteuils Gamma, de sèches cheveux plus légers et de bacs massants réglables. Des équipements qui ouvrent droit à des subventions.

LES ESPACES ACCUEIL OU COLORATION

Pourvu que l’espace soit cosy et accueillant aucune règle ne s’impose. Frédéric Sauvin et Bruno Lucquiaud ont opté pour un ancien baril de pétrole surmonté d’une plaque de verre à l’accueil et disposent d’un banc multicolore à roulettes en palette et un fauteuil d’attente à l’extérieur.

Pour son espace coloration, Benjamin Stalter, des salons de Brumath et Strasbourg (67), a installé une table ronde et cinq chaises sans miroirs, mais avec des magazines ou des tablettes tactiles.  

« C’est moi qui l’ai fait »

Exception qui confirme la règle, certains coiffeurs font tout eux-mêmes. Géraldine Loll, pour son salon Coiffure homme GL, à Limoux (11), et Margaux Gérardin, du salon Margaux, à Langon (33) en sont la preuve. Outre les peintures, l’installation des bacs et des éclairages, la première, passionnée de déco, qui a créé son salon en novembre 2014, signe tout l’aménagement. « Mon choix s’est porté sur des meubles récupérés dans les vide-greniers, une coiffeuse en palette, une bobine EDF pour la table de l’espace accueil, d’anciens tiroirs de meubles en bois utilisés comme étagères pour présenter les produits, des tableaux faits maison en déco », dit-elle. Pour sa part, Margaux Gérardin, issue d’une famille d’artisans, a entièrement refait son salon en quatre mois, exception faite de l’électricité : peintures, sols en PVC, équipement pour l’accessibilité, caisse. « J’ai acheté le matériel d’occasion et j'ai adapté la forme des miroirs des coiffeuses, raconte-t-elle. Sinon, je me suis fournie en magasins de bricolage et chez Ikea pour les rangements à roulettes. » Coût total : 25 000 €, stock de produits compris.     M.L

Martine Léonard
1. Coiffure homme GL : pour son salon, Géraldine Loll a récupéré des meubles dans les vide-greniers, réalisé la coiffeuse en palette et utilisé une bobine EDF pour la table de l’espace accueil.
© DR
2. Les Garçons en privé : pour leur salon réunionnais, Frédéric Sauvin et Bruno Lucquiaud ont misé sur la récupération : barils de pétrole, parpaings…
© DR
3. Un temps pour soi : propriétaire de ce salon de Montargis (45), Sandrine Funten a repeint son établissement en gris et rose.
© DR
1. Coiffure homme GL : pour son salon, Géraldine Loll a récupéré des meubles dans les vide-greniers, réalisé la coiffeuse en palette et utilisé une bobine EDF pour la table de l’espace accueil.
© DR
2. Les Garçons en privé : pour leur salon réunionnais, Frédéric Sauvin et Bruno Lucquiaud ont misé sur la récupération : barils de pétrole, parpaings…
© DR
3. Un temps pour soi : propriétaire de ce salon de Montargis (45), Sandrine Funten a repeint son établissement en gris et rose.
© DR



Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris