Émancipations du XXe siècle  04/2017

La seconde partie de notre saga sur la coiffure à travers les âges nous entraîne au cœur des mouvements sociétaux qui ont marqué le XXe siècle. Les femmes clament leur désir d’autonomie, les jeunes se révoltent sur fond de crise économique.

.

Pages réalisées par Martine Carret

Les années 20

La célébration de la fin de la Première Guerre mondiale s’accompagne d’un vent de liberté. Les années sont « folles », festives et empreintes de nouveautés : port de jupes qui découvrent les jambes ; fin des corsets douloureux pour les femmes. Un tiers de celles-ci coupent leurs cheveux à la garçonne. Revendiquant leur droit à égaler les hommes, les femmes adoptent le look androgyne popularisé par l’actrice Louise Brooks : carré court sur les oreilles et grande frange, accessoirisé avec le chapeau cloche.

 

Les années 40

Après les années 30, où les crans faisaient fureur, le cinéma hollywoodien est source d’inspiration avec le glamour de Gene Tierney, d’Ava Gardner ou de Rita Hayworth. Le style pin-up s’impose, la permanente aussi qui permet des boucles et des ondulations durables.

 

Les années 50

La blondeur du look Marilyn inspire les femmes. Blonde à outrance, pulpeuse et les cheveux vaporeux comme arme fatale. La séductrice est née et elle doit être blonde. En 1953, Elvis Presley entonne sa « musique du diable » et ses déhanchements sulfureux. Sa houppe rehaussée sur le front et tenue par la brillantine devient le symbole de la révolte contre la génération précédente. Dite rockabilly ou « Pompadour », sa coiffure se transforme en banane lorsque la masse de cheveux du front est travaillée dans un look plus protubérant.

 

Les années 60

La beatlemania bat son plein. En 1963, la coiffure à la mode est celle des quatre chanteurs de Liverpool : coupe au bol. Leur destinée planétaire nourrit la jeunesse qui copie leur style qui évolue au fil de la décennie. Avec la guerre du Vietnam qui s’éternise, les mouvements pacifistes naissants, Mai 1968 en France, le mouvement Peace & Love s’étend : les hippies affichent cheveux longs, barbes (parfois avec des fleurs) en opposition totale aux GI’S (cheveux rasés).

 

Les années 70

Le mouvement des Black Panthers, en 1966, a donné de l’énergie aux Afro-Américains qui demandent une évolution des droits civiques. Les cheveux afro s’exposent fièrement avec le slogan « Black is Beautiful ». Un peigne afro, dont le manche se termine par un poing fermé représentant le salut « Black Power », en est le symbole. Angela Davis, Aretha Franklin, Stevie Wonders donnent le ton. Bob Marley et le reggae popularisent, eux, les dreadlocks.

 

Les années 80

Choc pétrolier en 1979. Chômage, misère, détresse. La jeunesse anglaise se révolte      férocement : c’est l’époque des punks et des skinheads. Radicalité des mouvements, contestation violente parfois. La coiffure est un moyen d’affirmer sa radicalité : coupes à l’iroquoise, cheveux teints en violet, orange, rose… Il faut choquer pour être entendu.

 

Les années 90 

Grunge. Style négligé, coiffure en bataille sont de mise dans une partie de la population. En 1995, la coupe Rachel de Jennifer Aniston dans la série Friends est élue « meilleure coiffure de l’année » par plusieurs magazines de mode : longueurs dégradées et effilées. À l’aube du changement de siècle, le brushing à l’américaine (volumineux) refait surface.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris