Tout savoir sur le BTS Métiers de la coiffure 07/2017

Créé en 2015, ce diplôme reste méconnu d'une grande partie des intéressés. Nous vous proposons de l’appréhender via les témoignages d’élèves, de leurs professeurs et de professionnels.

Un BTS pour qui ?

Pour Farida El Mallouli, professeure de bio au lycée Élisa Lemonnier, à Paris, « pour réussir, il est indispensable de posséder expérience et passion de la coiffure. Il faut également être prêt à fournir un travail conséquent. Si vous désirez travailler dans la formulation produits, il vous faudra poursuivre vos études ! » Un avis partagé par Stéphanie Bozonnet, responsable d’unité pédagogique au centre de formation d'apprentis (CFA) de Saint-Maur (94), qui précise que ce BTS est réservé aux coiffeurs. « Pour les gens sortant d’un bac général, nous avons créé une prépa BTS, afin qu’ils puissent obtenir CAP et expérience. Ce diplôme est là pour ceux qui veulent progresser et avoir la possibilité de ne pas uniquement travailler en salon », affirme-t-elle.

 

Quel est le contenu de la formation ?

 

MATIÈRE

HORAIRE HEBDOMADAIRE

Gestion + Marketing + Management

 1+ 2 + 2

Coiffure + Environnement pro + Action pro

5 + 1 + 1,5

Approche pluridisciplinaire

4

Bio + Cosmétologie + Physique-Chimie

3 + 2 + 3

Anglais + Culture générale

2 + 2

 

Quel salaire après le BTS ?

Dans la convention collective, ce BTS est classé au niveau II, échelon 3, soit 1 756 € brut par mois. De plus grâce au décret n° 2017-767, il est possible d’ouvrir un salon avec ce BTS, sans BP.

 

Ce qu'en pensent les syndicats...

Pour Jean-Claude Ruiz, membre d’honneur du Centre national des entreprises de coiffure (Cnec), « ce diplôme vient parfaire le prolongement mérité par notre métier qui était le seul à ne pas avoir de BTS. Une situation pénalisante, car les parents  préfèrent que leurs enfants suivent un cursus d’études bac+2. Notre métier a besoin des meilleurs afin de pouvoir mettre en place des révolutions techniques et artistiques, pour compléter les évolutions scientifiques des produits et permettre à nos entreprises d’oser le changement et l’innovation ! »

Plus réservé au départ sur l’intérêt de ce diplôme Bernard Stalter, président de l’Union nationale des entreprises de coiffure (Unec), reconnaît qu’aujourd’hui « le BTS a sa place dans le marché. Il représente une niche sur laquelle il faut travailler afin de régler le problème du chômage, ainsi qu’un outil permettant de faire découvrir le métier au grand public en lui montrant qu’il est possible d’évoluer. Ce BTS vise les coiffeurs désirant sortir de l’activité en salon tout en restant dans la profession. » Pas totalement convaincu, le président de l’Unec conclut : « Pour un indépendant, le brevet de maîtrise reste la meilleure solution pour apprendre à mieux gérer un salon. »



Que faire une fois diplômé ?

La première promotion du BTS Métiers de la Coiffure arrive sur le marché. Quels sont aujourd'hui les projets de ces nouveaux diplômés ?

Après un bac L, Blandine Hamel a entrepris un BTS. « Je tenais à découvrir le monde de la coiffure qui est devenu une passion grâce à mes stages, véritables atouts du diplôme. J’ai pu appréhender différents aspects de la profession et être guidée par des professionnels, ce qui valorise mes acquis. Je souhaite désormais poursuivre via une licence pro commerce. Le seul bémol du BTS est le manque de pratique pour les gens qui ne sont pas issus d’un CAP. », explique-t-elle.

Parcours différent pour Manon Delplanque, laquelle une fois diplômée de son bac S a entrepris un CAP avant de s'attaquer au BTS. Un choix qu’elle ne regrette visiblement pas : « Cette formation revalorise enfin la profession grâce à l’aspect polyvalent de son contenu et aux immersions en milieu professionnel. Un véritable bol d’air frais. J’ai ainsi pu découvrir l’activité de grossiste, puis retrouver celle de salon. Cela m’a permis de savoir que je voulais travailler au contact de la clientèle avant d’envisager un poste de formatrice pour une grande marque. »

Bruno Lelièvre, PDG Davines France, a, quant à lui, misé sur le BTS en recrutant un élève en apprentissage. « Il s’agit de ma première expérience avec un BTS et j’en suis très satisfait. Cette formation permet à l’élève de comprendre le fonctionnement d’une maison de produits et de pouvoir apprendre à apprendre, dans notre cas, puisque nous formons notre apprenti à devenir le responsable des formateurs pour les salons de coiffure. Je recommande aux professionnels du métier de tenter l’aventure même si, à mon avis, la sélection devrait nécessiter un solide parcours dans la coiffure ! »

Aubin Allières-Vergé avec Emmanuelle Evina

L'avis d'Esther Berrebi, élève en 1re année de BTS après un BP et un BM :

« Je voulais évoluer en découvrant des activités autres que celles du salon. J’ai donc intégré le groupe Ciléa, qui a créé le poste d’apprentie conseillère en développement. Je gère les plannings des formations, la logistique des cessions et la relation client. Cela me permet de réaliser mes objectifs et de prendre confiance en moi. Je conseille de faire cette formation à la sortie du BP, afin d’évoluer plus facilement. »

 

L'avis de Laetitia Pain, élève en 1re année BTS, après un BP et une année en salon :

« J’ai intégré le site de vente en ligne Y-coiffure, qui a créé mon poste afin de développer le site, de faire du marketing digital et de gérer la relation client. L’école me permet de pouvoir bien aborder le marketing et le management, deux gros points de mon travail. L’année prochaine, je devrais être embauchée par mon entreprise. Je recommande le BTS à tous ceux désirant évoluer après le BP, ailleurs qu’en salon. »

 

L'avis de Jessica Bowes, manager du salon Toni and Guy, à Paris-Bastille :

« J'ai actuellement en stage un élève. Il est très dynamique et volontaire. Cependant, il manque d’expérience. Tout comme les CAP, je dois encore le guider lors des shampoings, ce qui est un frein pour l’embauche. »




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris