8 conseils pour devenir coloriste 10/2017


© Getty Images
Le métier de coloriste implique de savoir proposer la couleur à bon escient et de la manier à la perfection. Un coloriste de renom et un professeur en coiffure livrent leurs conseils à ceux d’entre vous qui décideront de choisir cette voie.

Le conseil du pro

 

« Il y a une sensibilité à la couleur chez chacun de nous. »

 

Pour Frédéric Mennetrier, maître coloriste et créateur de l’Atelier Blanc : « La coloration n’est pas une science exacte, on n’est jamais sûr à 100 %. C’est une accumulation de travail et de connaissances techniques. Je dirais que dix ans sont nécessaires pour avoir une maîtrise permettant de répondre aux imprévus et aux difficultés. Le maître coloriste va avoir, en plus de la technicité, la vision du positionnement de la couleur. Il va être capable de synthétiser toutes ses connaissances et ce qu’il perçoit de la personne pour proposer la couleur la plus adaptée. Il se projette constamment. »

Conseil 1 : Rester ouvert au monde et à ses couleurs, afin d’aiguiser son œil. Plus on aiguise son œil et plus l’on tend à vouloir reproduire ce qui est naturel. C’est là que réside la difficulté.

Conseil 2 : Vouloir comprendre le fonctionnement de la couleur et sa fabrication-création.

Conseil 3 : Trouver un vocabulaire commun avec sa cliente, en se synchronisant sur le sien. Ce n’est qu’une question d’écoute.

Conseil 4 : Connaître ses capacités grâce à des échecs, car ils obligent à se poser des questions et permettent d’avancer.

 

 

Le conseil du prof

 

« L’à-peu-près n’est pas possible pour les coloristes. »

 

Selon Corine Guillon Cottard, responsable pédagogique et professeure de pratique à l’école ISEC coiffure (75) : « Le problème majeur des élèves est leur difficulté à imaginer le travail fini. Un vrai coloriste mélange sa palette de nuances pour obtenir celle qu’il désire, il ne se contente pas d’un seul tube de couleur. Il faut imaginer être un peintre travaillant sur sa toile : le cheveu. Nous utilisons les arts appliqués pour que les élèves visualisent le résultat qu’ils obtiendraient lors d’une coloration, via des feuilles de la même couleur que les fonds de décoloration. Ils appliquent ensuite la couleur désirée, le résultat est devant leurs yeux et ils arrivent ainsi à voir avant de colorer. »

Conseil 1 : Ne pas négliger la technologie à l’école, même si elle paraît rébarbative.

Conseil 2 : Être en alternance dans un salon spécialisé en couleur pour effectuer son BP.

Conseil 3 : Beaucoup pratiquer et respecter le cheveu.

Conseil 4 : Se former régulièrement auprès des marques pour être à la pointe des nouvelles techniques et technologies des produits.

Aubin Allières-Vergé



Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris