Baka Baka, une figure aux talents multiples 02/2017

Après le Zénith, c’est au festival Métamorphose que Baka Baka (Kevin Pinenq) a dévoilé sa créativité et son génie. Jeune coiffeur aux talents multiples, il nous a livré ses sources d’inspiration.

Liberté et créativité

Adolescent, je souhaitais m’orienter vers les Arts appliqués, mais je me suis finalement laissé tenter par le monde de la coiffure qui m’a séduit par le côté mode. J’ai toujours aimé arborer différents looks avec une grande liberté, sans me soucier de ce qu’on pouvait penser. J’aime exprimer ma créativité lors de shows artistiques. Parallèlement, j’ai fait le choix d’être coiffeur indépendant, car j’apprécie de me sentir libre dans mon travail et de pouvoir gérer mon temps comme je le souhaite.

Créateurs de mode

Les coiffeurs stars que tout le monde connaît et dont on a vu et revu les shows, ne m’inspirent pas vraiment. En revanche, les créateurs de haute couture constituent pour moi de réelles sources d'inspiration. Lorsqu’ils imposent une ligne sur une collection, c’est toujours un challenge pour le coiffeur qui doit s’adapter. L’univers de ces créateurs m’attire et m’intrigue. J’aime me surpasser lors de ces défilés.

Art dramatique et cinéma

J’ai suivi pendant dix ans des cours d’art dramatique. J’aime la comédie, j’ai joué de petits rôles dans divers films, parfois aux côtés de stars comme Marc Lavoine, Pierre-François Martin-Laval, Léa Drucker, Nathalie Baye… Je suis particulièrement attiré par les films de science-fiction qui m’inspirent beaucoup. Jouer la comédie, c’est quelque chose de vital, je suis très scénique. Les planches d'un théâtre m’attirent encore plus que le cinéma, car il y a une vraie interaction qui se noue avec le public, ce qui est magique !

Fonder sa marque

Le projet qui me tient le plus à cœur est de réussir, dans les années futures, à créer ma propre marque de cosmétiques pour cheveux. Je réfléchis à une marque qui se différencierait par la technologie de ses produits et qui soit également respectueuse de l’environnement. Je suis très sensible aux questions d’écologie. J’aimerais aussi que cette marque ait une image jeune et rock, et qu’elle réponde aux besoins d’une clientèle assez large.

Mixer en soirée

Enfin, la musique tient une place essentielle dans ma vie, avec une préférence pour l’électro new wave. Cette passion est très complémentaire à mon métier de coiffeur. Mixer dans les soirées est aussi une manière de m’exprimer, de laisser libre cours à ma créativité. Je pense avoir trouvé un équilibre parfait entre ma passion et mon métier !

 

Propos recueillis par Florence Bernardin

BIO EXPRESS

1992 : Naissance le 3 novembre, à Béziers (34).

2010 : Obtention du CAP.

2013 : Show Zénith à Paris.

2015 : Festival Métamorphose, show en partenariat avec Tigi.




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris