Etudier à l'étranger : mode d'emploi 03/2016

001_cdp-image-2051431


© Getty Images
Faire son stage ou son apprentissage à l'étranger est moins compliqué que l'on ne croit. "Coiffure de Paris" vous donne les clés du programme européen Erasmus+, qui vous permettra de faire vos études hors des frontières, sans vous ruiner.

L’époque où seuls les étudiants des grandes écoles partaient suivre un Master aux Etats-Unis est terminée depuis longtemps. En 1996, le programme Leonardo da Vinci, dédié à la mobilité des apprentis était lancé, en écho au programme Erasmus de l’enseignement supérieur en vigueur depuis 1987. Le 1er janvier 2014, Leonardo est devenu Erasmus+ (www.erasmusplus.fr). Un seul nom pour tout le monde. Financé par la Commission européenne, il offre aux étudiants, apprentis, mais aussi professeurs ou jeunes actifs l’opportunité de se former en Europe.

FONCTIONNEMENT

Parmi les projets français financés par Erasmus+, il y a Movil’App, « qui rassemble 32 chambres de commerce et d'industrie, 54 CFA et concerne de nombreux secteurs de formation, dont la coiffure », explique Lydie Lagouarde, de l’Agence Erasmus+. En centralisant la demande de financement Erasmus+, Movil’App offre aux CFA désireux d’organiser des mobilités pour leurs apprentis un allègement des procédures. Il existe d’autres organismes « centralisant » les demandes de financement Erasmus+ des CFA, tels que les conseils régionaux. « Les apprentis souhaitant partir doivent se renseigner auprès de leur établissement de formation, car c’est lui qui effectue les démarches de demande de financement », précise Lydie Lagouarde.

COMMENT FAIRE

Tout d’abord, il faut convaincre l’employeur français de se séparer de son apprenti pendant trois semaines. Puis, trouver, via les petites annonces ou sites spécialisés, un salon ou une entreprise de coiffure qui accepte un étudiant étranger. Ensuite, l’école établit une convention de stage. Les frais de transport, les frais de bouche et de logement sur place, l’assurance et même les cours de langue sont pris en charge par différents organismes, bourse Erasmus+, mais aussi la région, la ville, la CCI… L’apprenti ne dépense rien. L’école centralise le montage financier.

EXPÉRIENCE

Grâce à Movil’App, Isabelle Cordray, professeur d’anglais et coordinatrice de projets européens au Centre interprofessionnel de formation de l'artisanat du Calvados (CIFAC), envoie régulièrement des apprentis se former en dehors de l’Hexagone, soutenue par la CCIR et le Conseil régional de Basse-Normandie qui finance une partie des bourses. « Dans les années 2000, nous avions essentiellement des mobilités individuelles, raconte-t-elle. Depuis quelques années, avec les bourses européennes, il y a un nouvel élan. La mobilité européenne s’est démocratisée et les apprentis savent qu’ils peuvent y avoir accès. Désormais, nous fonctionnons par envoi de groupes de jeunes dans un même pays. » Parmi les 39 apprentis envoyés en 2015 à l’étranger par le CIFAC, 60 % d’entre eux étaient des coiffeurs : 10 sont partis à Barcelone en janvier et 6 en Grèce en novembre. En juin, elle aimerait envoyer un groupe à Malte.

VALIDATION

L’expérience Erasmus+ est validée par l’Europass, document qui atteste des compétences acquises dans l’entreprise étrangère, en décrivant, de manière détaillée, le contenu et les résultats de la période de formation. En 2014, Erasmus+ a ainsi permis, à 15 544 apprentis, élèves de lycées professionnels et demandeurs d’emploi, de partir en mobilité de stage dans un des 33 pays européens participant au programme.

Martine Carret

 Stéphanie Michel : de la Meuse à la Corse, en passant par Londres

« Le CFA de Bar-le-Duc (55) n’envoyait que des apprentis restauration/hôtellerie en Europe. J’ai été la pionnière. Mon frein a longtemps été la barrière de la langue. J’avais peur, mais je me suis lancée et je ne l’ai pas regretté. Je suis partie en janvier 2013 dans le salon londonien "Chez Stephan". J’ai été hébergée par mon patron et en chambre d’hôtes. L’équipe était internationale. J’ai rencontré un coiffeur japonais, qui m’a appris des techniques de relooking et de maquillage sur mannequins professionnels. Ce stage m’a fait évoluer, j’ai appris d’autres techniques de coiffure, je suis revenue plus passionnée, plus sûre de moi. J’ai pu participer à des concours. Ma maitrise de l’anglais a fait la différence dans mon CV, je travaille désormais en Corse, avec une clientèle touristique variée. Je conseille à tous de partir à l’étranger. »

L’avis de Mireille Avice, gérante de L’Hair du temps (Aunay-sur-Odon-14)

« Partir, c’est découvrir d’autres techniques, rencontrer un autre employeur, suivre d’autres directives. Cela donne une ouverture d’esprit. Au retour, mes apprenties étaient plus épanouies, elles avaient envie de transmettre leur savoir, se comportaient différemment avec les clients. Elles n’avaient jamais pris l’avion et ce séjour en autonomie les a fait grandir, S’en séparer pendant trois semaines, ce n’est pas une perte d’argent, mais un gain précieux ! »

Erasmus+, c'est pour moi, si...

• Je parle un minimum la langue du pays.

• Je suis ultra-motivé.

• Je n’ai pas peur d’aller à la découverte d’un monde nouveau.

• Je suis persuadé que cette expérience boostera mon CV.

• Je me fais aider par mon CFA et j’utilise tous les outils proposés (voir encadré : Mes alliés sur le Net) pour que cela ne me coûte rien.

MES ALLIÉS SUR LE NET

www.agence-erasmus.fr

Basée à Bordeaux, en Gironde, l’Agence Erasmus+ France/Education Formation assure, pour la France, la promotion et la gestion de plusieurs programmes et formations. Utile pour les enseignants et les coiffeurs.

www.generation-erasmus.fr

Une recherche, via l’onglet « apprentis », donne des informations sur les étapes à suivre pour lancer le projet. Les vidéos ludiques de la websérie « Un bagage en plus » persuadent de l’utilité d’un apprentissage à l’étranger.

www.cci.fr/web/apprentissage/apprendre-en-europe

Le site décrit le fonctionnement de Movil’App.

www.decouvrirlemonde.jeunes.gouv.fr

Très ergonomique, fonctionnant par modules de recherches avancées, ce site propose des onglets qui filtrent et réagissent en fonction des profils : âge, apprentissage, faire un stage, pays…

www.jeunes.gouv.fr/interministeriel/mobilite-internationale/etudes-formations

Ce portail répertorie les réseaux utiles : visa pour les Etats-Unis, bourses… Des liens précieux, parfaits en post-apprentissage.

Et aussi :

www.apprentieneurope.fr

http://mavoieproeurope.onisep.fr

NB : En dehors d’Erasmus+ et de Movil’App, d’autres projets peuvent être menés à bien, plus personnels, ou en dehors de l’Europe. Dans ce cas, n’hésitez pas à vous renseigner, à chercher un financement auprès de la région, de la CCI, de la Commission européenne ou même de la ville…




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris