« Passer du temps à regarder et à écouter les clients » 08/2014


© Thomas Gogny

Thierry Deschemin a choisi de travailler en solo dans son atelier Thiedesarts dans le XVIIe arrondissement de Paris, pour reproduire ce qu'il faisait dans le show-biz, à savoir créer une vraie relation avec ses clients. Il a partagé avec nous une vision optimiste du métier et a mis son savoir-faire à notre service pour réaliser notre making of « Wavy », une tendance qui n’a pas fini de faire parler d’elle.

Coiffure de Paris : « Quoi de neuf à l’atelier Thiedesarts ? »

Thierry Deschemin : « L’atelier existe depuis 6 ans. J’ai envie de lui donner un souffle nouveau avec une nouvelle décoration. Je vais commencer à y travailler en septembre pour des travaux début 2015 et une réouverture six ans jour pour jour après sa création le 1er février 2009. »

CdP : « Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre concept ? »

T.D. :  « J’ai tout de suite voulu reproduire ce que je faisais dans le show biz, ce "one to one", m’enfermer dans une bulle de travail et emporter la personne avec moi. J’avais envie de redonner ça à ma clientèle. Et c’est pour cela que j’ai monté mon atelier en tant que coiffeur et maquilleur. »

CdP : « Vous ne seriez pas arrivé là, si ? »

T.D. : « Si je n’avais pas rencontré Jean Saberny, avec qui j’ai travaillé deux ans, qui m’a livré un savoir hallucinant. Sans lui, je ne serais pas celui que je suis aujourd’hui. Cela a été une étape de ma vie artistique très importante. C’est aussi là que j’ai rencontré Liane Foly, qui a beaucoup compté dans ma carrière, de même que, moi, je l’ai aidé à se construire. Nous sommes devenus des amis intimes. C’est une sœur, une confidente. Elle est la marraine de l’atelier, et c’est elle qui a coupé le ruban pour l’inaugurer. »  

CdP : « Quels sont les coiffeurs qui vous inspirent ? »

T.D. :« J’adore John Nollet, qui est un artiste du cheveu et de la matière, et Odile Gilbert, qui travaille la matière par rapport aux effets qu’elle veut rendre. »    

CdP : « Comment voyez-vous le métier de coiffeur aujourd’hui ? »

T.D. :« C’est un métier plutôt en souffrance, alors que le marché va plutôt bien. Nous avons la chance de travailler dans un univers intéressant, mais je trouve que les coiffeurs ont un peu perdu la réalité des choses. Ils oublient de passer du temps à regarder et à écouter leurs clients. Et à tous ceux qui me disent que j’ai de la chance, je réponds qu’il suffit de rallonger les rendez-vous, ne serait-ce que dix minutes pour prendre du  temps avec les clients, et d’augmenter un peu le prix des prestations. Car, la qualité apporte la rentabilité. Ainsi, les quatre premières années dans mon salon, je n’ai fait que de la coupe et des soins, ce qui est absolument aux antipodes des lois du marché, et pourtant mon salon fonctionnait très bien. Et, je me suis mis finalement résolu à me mettre à la technique, sous l’injonction de mes clients qui ont insisté pour que je le fasse. »  

CdP : « Comment faites-vous pour être toujours aussi enthousiaste ? »

T.D. :« C’est mon combat quotidien. Tous les jours, je me demande ce que je vais pouvoir apporter de plus en termes de créativité et d’ouverture d’esprit. »

Propos recueillis par Bénédicte de Valicourt

Un homme engagé

Coiffeur de la tournée des Enfoirés, il est allé plus loin dans son aide aux plus démunis avec son action caritative aux Coiffeurs du Cœur. Une aventure qui a débuté en janvier 2000, quand il vient donner un coup de main à l’équipe de coiffeurs qui suivent la tournée des Enfoirés. Mais, l’événement reste assez paillettes, et Thierry Deschemin a envie de s’impliquer un peu plus dans le bénévolat.  En décembre 2008, un mois avant l’ouverture de son salon, il propose à Véronique Colucci,  la femme de Coluche, de venir coiffer des gens des Restos du Cœur, le 24 et le 31 décembre. Puis, fort de cette expérience, il lance un appel aux coiffeurs sur Facebook, pour qu’ils viennent l’aider. Aujourd’hui, 30 bénévoles de toute la France donnent un peu de leur temps pour couper les cheveux des plus déshérités. Et toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Il a été profondément touché par le prix de la Meilleure Innovation, qu’il a reçu le 23 juin dernier au Business Trophy 2014  de Coiffure de Paris,   pour son action auprès des Coiffeurs du Cœur, si importante pour lui depuis 6 ans.  Contact : 01 43 80 21 54

 

Bio express

• 1967 : naissance à Saint-Christophe-de-Double (33).

• 1982 à 1985 : étudie à l’école de la coiffure de Béziers (34).

• 1994 : entre chez Lucie Saint Clair à Paris. 

• 1995 : devient manager de l’institut pilote Carita à Neuilly-sur-Seine (92).

• 1997 : entre chez Jean Saberny, son mentor, avec qui il fait des shows.

• 1999 : rencontre avec la chanteuse Liane Foly, dont il devient le coiffeur exclusif pendant un an.

• 2000 : coiffeur pour la tournée des Enfoirés, relance les Coiffeurs du Cœur.

• 2001 : devient free-lance et coiffeur studio pour la couture et le show-biz.

• 2002 : fait une école de maquillage en accéléré.

• 2004 : travaille chez le coloriste Rodolphe.  

• Février 2009 : ouvre son salon à Paris.




Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris