Christophe-Nicolas Biot

Nouveaux codes couleur  01/2014

Le show de Christophe-Nicolas Biot au MCB 2013.



Le chef d’orchestre du salon « La Maison de Coiffure » à Paris vient d’ouvrir un nouveau lieu, rive droite, avec un concept exceptionnel, à mi-chemin entre la coloration vendue en grande distribution et la prestation en salon. Portrait d’un coiffeur érudit.

« Nomade » : personne en déplacement continuel. Une définition qui s’applique à merveille à Christophe-Nicolas Biot, ce coiffeur touche-à-tout qui vient d’ouvrir le Bar des Coloristes, loin de la rive gauche, trustée par les touristes, à deux pas de la place de la Madeleine. Ce salon de coiffure de 80 m2, réparti sur deux niveaux, préservé, caché, comme on les aime, a été créé dans un esprit audacieux : aller plus loin dans les codes pour faire  de ce lieu, une pharmacopée de la couleur. « J’ai été très anxieux car, avec les travaux, on ne sait jamais quelles surprises vous attendent », souligne l’intéressé. Car, Christophe-Nicolas Biot est atteint de ce mal au fond très banal : le perfectionnisme anxieux.

 

Coiffure de Paris : « Comment l’idée de ce concept vous est-elle venue ? »

Christophe-Nicolas Biot : « Cela faisait un bout de temps que l’idée me trottait dans la tête. C’était en 2008, je crois, mais le projet n’avait pas toute sa dimension actuelle. Puis, en 2010, j’ai mis en place dans mon salon, le service de Bar à Chignon Minute, qui a très vite et bien fonctionné. D’ailleurs, depuis le concept s’est démocratisé et a insufflé un regain de dynamisme dans certains salons de coiffure. L’an dernier, j’ai commencé à réfléchir à une deuxième adresse parisienne, rive droite, avec un concept couleur-temps et service, qui s’adapte aux disponibilités de chacun. C’est lors d’un rendez-vous avec Jean-Marc Lucifora, de JML Consulting et ancien directeur général de Wella France et Belgique, que le projet s’est structuré. Nous sommes associés à 50 % chacun dans cette affaire. Il ne nous restait plus qu’à trouver les financements nécessaires avec les banques. L’endroit, le Village Royal, a été trouvé par un ami, l’été dernier. Pour le mobilier et l’agencement, c’est Maletti. »

C.d.P. : « Idéalement situé entre place de la Concorde et la Madeleine, le salon est à deux pas du siège d’une grande marque capillaire, mais que vous ne proposez pas dans votre salon. C’est plutôt drôle, non ? »

C.-N.B. : « Oui, pour le lieu. Le hasard a bien fait les choses. Après, pour les produits, je travaille, depuis fort longtemps, avec la marque Wella Professional. C’était donc logique. »

C.d.P. : «  L’annonce de votre concept sur notre compte Facebook a créé des émois, et provoqué des réactions sur le savoir-faire du coloriste. Pouvez-vous nous réexpliquer votre volonté dans ce projet,  votre démarche basée sur des critères ciblés ? »

C.-N.B. : « Le constat est simple. De plus en plus de femmes se colorent les cheveux. Certaines vont chez le coiffeur, d’autres, et c’est la grande majorité malheureusement, achètent des kits dans les grandes surfaces, à l’aveugle, sans conseil avisé. Les déceptions et les mauvaises surprises sont monnaie courante. Le Bar des Coloristes est un nouveau service/temps, qui s’adapte aux disponibilités, aux exigences et aux contraintes  de la personne. Après un diagnostic, les 4 experts coloristes remettent une prescription sur mesure, expliquant comment réaliser soi-même sa coloration à domicile et l’entretenir au quotidien, ainsi que les produits habituellement réservés aux professionnels. Il est clair que ce diagnostic (en fonction de la carnation de peau, des yeux…) et cette expertise sont le gage d’un résultat attendu par la cliente, le coût du service en moins. On démocratise le service, en intégrant les contraintes de temps et d'argent. Bien évidemment, il est possible de faire réaliser sa coloration directement au Bar des Coloristes par des experts, selon des formules proposées.

C.d.P. : « Finalement, le Bar des Coloristes souhaite faciliter la vie des clients et contourne astucieusement la concurrence de la grande distribution et des grossistes qui s’ouvrent aux non-professionnels. L’enjeu est toutefois de fidéliser la clientèle ? »

C.-N.B. : « Bien sûr. Mais, avec du savoir-faire, des produits de qualité, un souci d’exclusivité et de la flexibilité, le challenge est tentant. C’est aux coiffeurs de réinventer le business existant. Il faut explorer de nouvelles pistes, capter des cibles et provoquer l’achat d’impulsion. Les grands chefs étoilés ont su révolutionner les codes de leur profession, en médiatisant leur savoir-faire. Conseils, astuces, transmissions… Les Français se sont amourachés pour la cuisine. De nouveaux talents ont émergé. Ce n’est pas pour autant que leurs restaurants se portent mal. »

C.d.P. : « Du coup, combien coûtent votre diagnostic, prescription et produits à emporter ? »

C.-N.B. : « 25 €, les 15 minutes. Mais, nous avons aussi 4 autres formules (de 30 à 90 €), avec application d’une coloration, d’un gloss ou d’un balayage au salon. Le salon propose à la vente sa propre gamme de produits pour entretenir sa coloration, ainsi que d’autres produits des marques Wella Professionals, SP et Sebastian. Bien évidemment, la prestation de Bar à Chignon Minute est aussi mise à la disposition de la clientèle. »

C.d.P. : « Le Bar des Coloristes est un concept que vous souhaitez développer en franchise ? »

C.-N.B. : « Bien sûr. C’est une façon d’aborder le métier différemment et de rendre la couleur accessible à toutes les femmes. On a tout à y gagner. Des contacts ont été pris en Suisse, à Lyon et près de Marseille. »

C.d.P. : « Avant Le Bar des Coloristes, ce projet d’envergure, vous avez travaillé sur la réalisation de plusieurs shows, notamment en Russie et en France, au Zénith de Paris, lors du dernier Mondial Coiffure Beauté. A chaque fois, le public vous a ovationné. Quel effet cela fait ? »

C.-N.B. : « J’ai été très touché, car j’ai travaillé énormément sur ces présentations. A travers ces shows, j’ai voulu aborder le voyage d’une vie, à travers la maladie, la joie, la tristesse… Les coiffures devaient transmettre ces émotions, cette énergie de la vie. Ces témoignages sont précieux pour avancer et accomplir des projets. Je suis en train, en ce moment, de mettre en place, l’identité artistique d’un groupement d’une centaine de salons en Italie. Je prépare aussi la sortie de 3 nouveautés dans la gamme Bio by Biot et un lancement, encore secret, très intéressant.

C.d.P. : «  Que de projets ! Comment faites-vous pour tout concilier ? »

C.-N.B. : « Dépassement de soi et discipline de fer. »

Propos recueillis par Anne-Claire Hervet



Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque semaine la newsletter de Coiffure de Paris